Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Invité
Invité

Mais où est passé la Kriegsmarine?

le Mar 13 Avr 2010, 21:49
La question peut paraître surprenante mais elle vient à l'esprit de tous les valeureux matelots soviétiques, la Kriegsmarine, machine de guerre navale du haineux gouvernement nazi a t-elle cessé de défendre le Reich et la clique des vipères lubriques de Berlin?

Après avoir repoussé la huitième et première flottes allemandes, données pourtant victorieuses avant même les combats par la presse fasciste aux bottes du pouvoir nazi, aux cours d'éprouvants combats autour d'Helsinki récemment libérée, a la grande joie de sa population, l'ensemble des composantes de la Glorieuse Flotte du Nord a poursuivis les fuyards apeurés.

Devant une victoire aussi écrasante qu'indiscutable, la presse fasciste et l'odieux journal Signal (qui de journal n'a que le nom, les soldats allemands l'appelant Toilettenpapier ou After-Papier) a tenté de tromper le peuple allemand,en lui faisant croire au mirage de la victoire et en attisant sa haine contre ses camarades soviétiques.
Mais cette duperie n'a guère duré, le camarade Staline avait ordonné aux commandants de la Flotte du Nord, de porter le fer jusqu'en dans le repaire de la bête fasciste pour montrer au peuple allemand que la Kriegsmarine en Baltique n'existait plus.

La mission a été accomplie avec une facilité déconcertante puisque les fuyards se sont pour la plupart rendus ou ont été détruis. Nous pouvons le dire au peuple soviétique, plus aucune unité opérationnelle combattante n'opèrent en Baltique. Les vestiges de la défense navale du prétentieux Reich reposant sous les eaux.
Nos forces ont pu bombarder l'arsenal de Kiel sans aucune opposition, voici d'ailleurs une photo provenant d'une reconnaissance aérienne de la zone:



Nous pouvons y voir le navire amiral de la Flotte du Nord, le K1 Aurora, un puissant croiseur lourd de classe Kirov, cinq destroyers classe Gnevnyi, un destroyer lourd classe Léningrad, un garde-cóte Uragan, un destroyer classe Sverdlov et un destroyer leader classe Minsk.

Staline a refusé de décorer la Flotte du Nord de l'ordre de Lénine comme l'avait préconisé l'amirauté, jugeant inapproprié une si haute décoration pour une mission contre un ennemi aussi peureux que désorganisé.

Nos journalistes ont pu s'entretenir avec le héros de cette mission, qui pour une fois, n'est pas un combattant (faute de combat), mais Dimitri Stolchichnaya Kremliovskaya Smirnoff, le chef cuistot du K1 Aurora, qui a su maintenir le moral des troupes malgré une longue traversée monotone de la Baltique.

Enfin, pour le plus grand bonheur de la ménagère soviétique,
Le chef cuistot de la Flotte qui nous détaillera dans un article complet des recettes qui ont fait sa popularité chez les matelots de la Flotte tel que le thon sauce rehaussée vodka ou le pain perdu vodka.

Dernière minute:
Conformément au décret numéro 62 du ministère de la Santé de l'URSS nous publions dans ce numéro de la Pravda un recommandé aux femmes ayant accouchées depuis moins de cinq mois de ne pas chauffer les biberons à de trop hautes températures ainsi que d'ajouter au lait, la pratique restant malheureusement ultra majoritaire, un nuage de vodka.
avatar
Alfred Boisgard
Violente tempête
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Français libre
Flottille au Front Atlantique : F.A.N.A. Carcharodon
Nation au Front Pacifique : Australien
Flottille au Front Pacifique : Australian Submarine Group
Nombre de messages : 1370
Age : 29
Date d'inscription : 27/11/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Mais où est passé la Kriegsmarine?

le Sam 17 Avr 2010, 13:01
Cela faisait plusieurs jours que les glorieux camarades avaient purifié la Baltique, de toute once fasciste. La Flotte du Nord, composée de la Siviernii Flot et de la Podvodnaia Sila Siviera, avaient obtenus une victoire plus qu'écrasante face à la I. Reichflotte Vanaheim. La victoire fut si rapide, que les Allemands n'apprirent leurs pertes que par la Pravda; plus de 54 navires de la Vanaheim furent coulés. Maintenant que nul ne peut arrêter notre glorieuse flotte, composée des meilleurs navires construits par nos fiers ouvriers bolcheviques, la Flotte du Nord fait route sur les côtes allemandes afin d'exterminer ce fléau de manière définitive...

*Dans la cabine du Leningrad*

" - Camarade-Capitaine, nous n'avons plus suffisamment de jeux de cartes pour occuper tout l'équipage !
- Et bah tant mieux. Ca leur permettra de ne pas oublier que nous sommes en guerre. Et puis il faut bien avouer, que c'est pas avec le nombre d'ennemies rencontrer de puis 2 mois qu'ils vont se sentir en danger.
- Camarade-Capitaine ! Contact visuel au nord-ouest !"

Gregor prit les jumelles, et scruta l'horizon. La Lune éclairait timidement la surface de l'eau

" - Ah! Un navire ennemi. Vu sa taille, il doit s'agir d'un destroyer. Mettez les machines à fond ! Tout le monde à son poste de combat !
- Mais Camarade-Capitaine, nous n'avertissons pas les autres navires de la flotte?
- Non ! Ce n'est qu'un destroyer. Si nous voulons avoir une chance de divertir l'équipage, et palier au manque de jeux de cartes, nous devons limiter le nombre de navires engageant le bâtiment ennemie. Le collectivisme bolchevique n'est pas dans mes principes. Toute la Marine est au courant maintenant."

Soudain, une énorme explosion vint secouer le Leningrad.

" - Camarade-Capitaine, le navire gîte fortement, et la coque est percée !"

Tandis que les pompes se mirent en route, les projecteurs éclairèrent la surface de l'eau, pour déceler une éventuelle torpille qui trahirait la présence d'un sous-marin. Mais ce que les marins virent, ce sont de grosses boules métalliques hérissées. Les marins en informèrent le Capitaine Boiginskiy:


" - Oh non ! Pas un champs de mines " Le Capitaine était consterné
" - Nous devrions alerter nos camarades Capitaines ?
- Non, vu l'explosion, ils vont se douter qu'il y a un champs de mines. Zubov, ouvrez moi le feu sur ce destroyer avant qu'il fasse de même
- Bien Capitaine !
Tandis que Gaspar Zubov fit tonner les canons de 130 mm, que Igyor Chzov colmater les voies d'eau, et que Valery Moroshkin tentait d'esquiver ces maudites mines, Ivan Itchenko, la vigie, dit au surmené Capitaine Boiginskiy:

" - Camarade-Capitaine, 2 destroyers classe Gnevniy et le croiseur lourd du Camarade Giaradesky fonce sur notre position
- Quoi ! Mais ils n'ont pas vu les explosions ? Ils devraient savoir que c'est miné ici ! "

Puis les 3 navires heurtèrent à leur tour des mines, et se mirent à gîter eux aussi. Quand Gregor Boiginskiy vit ce spectacle presque invraisemblable, avec un grand désarroi, il posa lentement ses jumelles, et se dit à lui même, avec un ton blazé:

" Ah bah ! Elle est belle notre glorieuse Marine soviétique. Au moins, ça aura divertit l'équipage."

Puis quelques minutes plus tard, le destroyer fasciste fut coulé par la masse de navires soviétiques présents dans la zone. Seuls 2 avaient réussit à les éviter.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum