Attention ! Offres express ! Toutes les nations sur tous les fronts sont ouvertes à l'inscription (sauf le Brésil). Profitez-en, ça ne va pas durer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

A la poursuite du rival

le Mar 20 Mar 2018, 22:42
[Attention ! Tous les faits marqués dans ce RP sont des faits qui se sont déroulés au cours du jeu, le lecteur est averti]
J'autorise également les autres joueurs qui sont concernés par le RP, de poster leurs actions sur ce RP, si c'est en lien avec ce RP !




5 Mars 1942, 13 jours avant l'embarquement sur le S-519,
15h45, ciel clair et dégagé, deux avions de reconnaissance de la Regia Marina passe au dessus du port de Tarente.

Homme inconnu : " Et toi, ton café tu le préfères avec ou sans sucre ?

- Floriano Marano : Avec deux sucres ! Il parait que cela renforce les capacités mentales.

Homme inconnu : Sérieusement tu écoutes vraiment ces conneries scientifiques ? Vous autres les Italiens êtes bien naïfs de croire à toute cette pseudo science, nous ne sommes même pas sûrs que vos théories se verront être vérifiées, m'enfin bon, je me comprend, nous ne partageons pas le même point de vue.

- Floriano : Effectivement nous ne partageons pas le même point de vue, mais cela ne m'empêchera pas de passer un bon moment avec toi Ernesto

- Ernesto : Oui, c'est une bonne façon de voir les choses, et puis, savais-tu que l'amirauté m'a envoyé un ordre direct qui vient de l'Etat Major ?

- Floriano : Vraiment ? Dans ce cas je devine que tu es accepté dans la marine.

- Ernesto : Oui et non, je suis sur un ravitailleur, un beau et grand Caboteur, par ailleurs je pars dans une semaine pour rallier le port de Brest, il parait que la flottille "MEDUSA" va escorter un énorme convoi en direction de Brest, j'ai peur des Anglais, il paraît que leurs destroyers sont redoutables en Atlantique Nord.

- Floriano : Si seulement c'était le cas, sache le, ils auraient déjà gagner la guerre avant nous.

- Ernesto : Tu ne devrais pas les sous-estimer, récemment ils ont coulés bon nombre de nos marins et quelques de nos sous-marins.

- Floriano : Comment sais-tu tout ça ? Tu as un contact à Tarente ?

- Ernesto : Un Anglais, un certain Comagic, Laurence ou Larry, je ne sais plus.

- Floriano : Un espion ?

- Ernesto : Non loin de là ! Il a dit qu'il était marchand et qu'il était neutre sur le plan de la guerre, il m'a confié qu'il vendait des produits de consommation orientale en occident.

- Floriano : Tu veux dire, du parfum ou encore de bonnes épices !?

- Ernesto : Exactement ! Et j'ai réussi à avoir grâce à lui du safran ! Tu sais, cette fleur qui se fait bien rare de nos jours ! 

- Floriano : Garde en une bonne poignée pour toi et ta petite famille, cela te fera une vraie mine d'or lors de retour de Brest, pense d'ailleurs à me garde de la bonne charcuterie Française, cela m'a l'air savoureux, meilleur que celle de la vallée d'Aosta.

- Ernesto : C'est promis *Un destroyer donne un coup de corne de brume* Il faudrait peut-être que j'y aille, on s'envoie un message pour le 19 Mars, tu seras en mer à ce moment là si je me souviens bien ?

- Floriano : *il boit son café* C'est exact, j'ai pour mission de patrouiller vers Malte, mais avant ça je dois suivre les ordres de l'E.M de la Regia Marina, je vais sûrement t'accompagner pour le retour, je ferais en sorte de t'escorter avec ma vedette.

- Ernesto : Et avec ton équipage de 13 hommes et un seul tube lance-torpille ? Tu ne feras pas des miracles avec ça.

- Floriano : Ne sous-estime jamais le pouvoir d'une bonne reconnaissance."

Une voix retentit au loin depuis les quais du port militaire de Tarente : "Attenzione ! Attenzione ! Tutti i marinai sono pregati di imbarcarsi sulle rispettive navi !".


Ernesto, mon camarade d'enfance s'en alla à bord du RN Petrel, un caboteur de 2000 tonnes, il partait en direction de Brest, il paraît que le port manque de soldats entraînés, pour confiner le sois disant mur de l'Atlantique, pff ! Comme si un mur allait effrayer ces salauds d'alliés ! 

Les jours passent, Floriano et son équipage arrivent le jour J sur les quais de Tarente : 

"Commandant Marano : Messieurs ! A vos rangs ! Garde à vous ! 

Equipage : *Ils se mettent en garde à vous*

Commandant Marano : " Je vais aller droit au but, nous avons nos ordres, nous devons rallier au plus vite Messine afin de nous ravitailler avant de partir direction plein Ouest vers Gibraltar, le secteur de Malte n'étant pas sûr, l'Etat Major m'a alors ordonné de rejoindre au plus vite une flottille, le bruit court que la MEDUSA est dans le secteur, où ? Ça je ne le sais pas, mais une chose est sûre, préparez-vous à vous battre et à défendre votre terre, car ici c'est chez-nous, et personne ne nous fera revenir ici sans que l'on ne se soit pas battus jusqu'au bout ! Ai-je été clair ?

Equipage : CHEF OUI CHEF ! 

Commandant Marano : Bien, rompez, matelots ! Détachez le navire ! Officier mariniers, montez avec moi on va établir l'inventaire avant de partir."

Le Commandant Marano et son équipage embarquent à bord du S-519, une vedette lance torpille de classe M.A.S, rudimentaire, rapide mais fragile, l'Etat Major Italien attend beaucoup du commandant Marano.



18 Mars 1942, 14h23, à 5 nautiques du port de Tarente

Sous-officier de communication : " Capitano ! Nous avons une transmission lointaine, c'est très flou, j'ai pu enregistré que un tiers du message ! 

Commandant Marano : Qu'est-ce que le message dit ? 

Radioman : Je vous passe la feuille, il semble que cela a été crypté.

Commandant Marano : Merci bien Gianni, reprennez votre travail, et veillez au fonctionnement de la radio, je veux une réception totale de toutes les communications.

Radioman : Bien Commandant."

Floriano examina le message avec attention, il ne vit pas clair dans le message, il est clair que cela était un fait de hasard que le message soit mal retranscrit, il ne cessa de le relire et de comprendre le sens du message.




Une heure plus tard, une autre transmission a été reçue par le S-519, l'expéditeur était inconnu



Floriano et ses hommes en sont sûrs, les anglais ont piéger le convoi Italien, ils ont certainement tendu une embuscade sous-marine, impossible pour le Commandant Marano de rallier l'Atlantique Nord, les ordres de l'E.M vont certainement changer, Floriano s'inquiète alors du sort de son ami.


Dernière édition par Floriano Marano le Sam 24 Mar 2018, 14:56, édité 4 fois
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Mer 21 Mar 2018, 09:43

19 Mars 1942, à 150 km Sud-Ouest de Messine
06h25, dans le poste de pilotage de lu S-519


Commandant Marano : "Navigateur, dans combien de temps seront nous à Messine ? 

Navigateur : Dans moins de cinq heures Capitano, la mer semble bonne et calme, et la vigie n'a pour l'instant repéré que des convois alliés, des marchands et pétroliers Italiens en partance de Tarente vers les ports sudistes.

Commandant Marano : Excellent, barrez au 275, on reprend notre cap vers l'ouest, puis nous feront route au Nord-Est quand nous verrons Messine, voilà le plan, on se ravitaille et on répare notre radio, je ne peux pas croire que ce message ait été pour nous.

Navigateur : Reçu ! Barrons au 275, route plein Ouest, en avant toute ! Pour ce qui est de la radio, elle me semble bonne, vous verrez bien Capitano.


Commandant Marano : Bien ! Continuez comme ça."

Le S-519 se dirige vers Messine, il arrivera dans l'après midi à Messine, le S-519 reçoit alors une révision rapide de ses équipements et semble indiquer aucunes anomalies, le commandant contacta l'E.M, ces derniers confirment la perte de signal du convoi I.B-23, il semble que le convoi ait subi de lourdes pertes, dont trois croiseurs lourds de classe Zara, aucun signe de Ernesto pour l'instant.



20 Mars 1942, dans les quais du port de Messine, 07h20


Commandant Marano : Le plein étant fait, nous repartons, en route messieurs, allons trouver la MEDUSA ! 

Equipage : Bien, Capitano !"

La VLT S-519 part direction Nord-Ouest puis prend un cap plein Ouest, si la MEDUSA est vraiment dans le coin, elle devrait les intercepter dans quelques jours.

Commandant Marano : " Quelle est notre autonomie à pleine puissance vers l'ouest ? 

Officier navigateur : Je dirais moins de cinq cent kilomètres.

Commandant Marano : C'est noté, si il faut ralentir la cadence, je préviendrais la MEDUSA, à 43 noeuds nous devrions éviter les sous-marins ennemis, que dis le sonar Officier Tactique ?

Officier Tactique : Nous n'avons que la recherche Hydro-acoustique, et pour le moment aucun sous-marin ou même tir de torpille en cours, c'est calme Capitano.

Commandant Marano : Veillez bien à votre casque, il s'agit des oreilles du navire. Vigie, soyez attentif ! Tout panache de fumée nous est dorénavant inconnu, informez moi d'un quelconque contact ! Chef mécanicien, veillez à la maintenance des moteurs, vous autres, avec moi, nous partons à la recherche de la MEDUSA.

Autres marins du navire : Oui Capitano !"

Et c'est ainsi que notre petite vedette lance-torpilles partit de Messine en direction plein Ouest, cap sur Gibraltar, espérons pour notre héros qu'il ne fasse pas de mauvaise rencontre ...
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Mer 21 Mar 2018, 22:04


21 Mars 1942, au large de Palermo, sur le pont de la vedette, 18h00


Radioman : " Capitano ! Nous avons reçu un message en ligne directe ! Le message ne doit pas venir de bien loin ! 

Commandant Marano : Faites moi voir le message, Sottocapo di transmissione.


Sottocapo di transmissione : Voici Capitano."







Après lecture du message, on pouvait lire un joli sourire sur le visage du Commandant, il s'étonna que sa requête fut exaucée aussi rapidement, il conclu donc que l'heure était venue de faire ses preuves, Marano doit sauver Luwen, un des seconds en chef de la MEDUSA, il y voit en cette action, une occasion rêvée de montrer le potentiel des vedettes lance torpilles.

Commandant Marano : " Attenzione tutti i marinai ! Alle stazioni di battaglia ! Allons traquer les Anglais ! Et vengeons le convoi I.B-23 !

Equipage : Si ! Capitano ! 

Commandant Marano : Vigie ! Ouvrez l'oeil ! Navigateur, pleins gaz ! Quand intercepterons nous le Croiseur Abruzzi ?

Navigateur : D'après mes estimations de déplacements actuels, et à notre allure, demain au petit matin vers huit heure ou neuf heure du matin.

Commandant Marano : Excellent ! Officier armurier, combien de torpilles avons nous au total ?

Officier en armement : Au total nous avons trois torpilles de 533mm à charge directe, et nous avons un seul tube pour le rechargement.

Commandant Marano : Très bien ! Restez à vos postes, vous autres, on passe maintenant en situation de combat, on ne dort pas et on ne prend que des quarts, un seul devrait suffire, sonnez l'alarme ! Que la chasse commence !"

Et c'est ainsi que notre jeune héros reçu enfin sa première action, l'occasion étant trop belle pour la rater, Marano décide de foncer tête baissée en direction d'un ennemi sûrement plus fort que lui, courage et déterminations vont-ils être nécessaire ?
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Jeu 22 Mar 2018, 18:06
PARTIE I : Bataille en Mer de Sicile


22 Mars 1942, au beau milieu de la mer de Sicile, 17h20
Début de l'opération "Guerre de la pointe".


Alors que notre héros, le Commandant Marano parvint enfin à rejoindre la fameuse flottille MEDUSA, celle-ci se voit reculer en direction de Palermo afin d'y effectuer du ravitaillement et des réparations, le navire du Commandant ayant subit quelques dégâts causés par des navires Anglais, ce dernier n'a d'autre choix que d'envoyer un message au Commandant Marano et également au Commandant Rovere (Commandant du Vezuvio), afin que ces derniers assurent la retraite stratégique de la flottille, l'équipe est composée de deux VLT, celle de Marano est une classe M.A.S, celle du Commandant est unversion supérieure de la M.A.S de Marano, il s'agit en effet de la MAS 522.

Le Commandant Rovere se tient à l'écart de la bataille afin d'y préparer une stratégie d'offensive, tandis que le Commandant Marano eu soif de vengeance, ce dernier plonge au milieu de la mêlée avec sa VLT, risquant ainsi la vie de son équipage.

Le Commandant Marano effectue une manoeuvre risquée, en effet, ce dernier tente de se rapprocher au mieux de sa cible et de ralentir au dernier moment afin de le torpiller au mieux pour ensuite repartir en arrière, recharger et tirer à nouveau avec sa méthode.

Voici la cible du jour : le HMS Dragon, un Aviso de classe Shoreham.

 


Le Commandant Marano prend bien le temps de s'approcher de sa cible qui n'a pas remarquée sa présence, avec à ses côtés un Destroyer de Classe C&D en perdition et en feu, l'Aviso fait une cible de choix pour notre héros.

En position, ralentit ! FIRE ! Le Commandant Marano ordonna de larguer une torpille sur sa cible : 




La torpille de 533mm est munie d'une charge à impact, cette dernière suit parfaitement sa course, et on peut y distinguer assez facilement son sillage, une grosse explosion se fait entendre, la cible à été atteinte ! 




Le Commandant Marano ordonne alors une courte retraite afin de s'éloigner de l'Aviso et de pouvoir recharger convenablement.

L'officier en armement donne son rapport au Commandant Marano : 


"Le 22/03, 17h33m09s : Nous avons torpillé Dragon (Aviso classe Shoreham) et l'avons touché !


Voici l'état du navire après impact : 

Nikolaï Tsekhov
Vent frais
Autre pseudo : Ryan Fox
Nation au Front Atlantique : Russie
Flottille au Front Atlantique : Podvodnaia Sila Sieviera
Nation au Front Pacifique : USA
Flottille au Front Pacifique : Eagle Sea - US Scouting Squadron
Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 31/07/2012

Infos
Nationalité: Soviétique/Américain (Pacifique) Soviétique/Américain (Pacifique)

Re: A la poursuite du rival

le Ven 23 Mar 2018, 20:54
Pendant ce temps là sous l'océan...et dans le Shch 11 - Krimron.

Officier Jounkof (opérateur hydrophone) : Camarade Commandant ! Venez écoutez !

Commandant Tsekhov : Da Dimitri ! [Bruit de moteur dans les écouteurs] Qu'est ce que c'est ? Un chalutier ?

Officier Jounkof : Niet commandant, cela va trop vite et il s'agit de puissant moteur surement une M.A.S.!

Commandant Jounkof : Laissez passer le bambino, nous avons rendez-vous au Campo de'Fiori avec les anglais...l'eau y déjà est chaude et la Medusa presque al dente.
Nous aurons largement le temps de croiser le jeune maccheroni plus tard et de lui demander ce qu'il fait dans notre mare nostrum.


PS / HRP Si tu veux que j'enlève le message de ton rp hésite pas à me mp. Wink
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Ven 23 Mar 2018, 22:14
Partie II : Bataille en Mer de Sicile


22-23 Mars 1942, dans la Mer de Sicile, 06h32 
Près d'une épave de navire coulé par la Medusa


Quelle bataille ! Quelle journée qui commence bien ! C'est ce que se dit le Commandant Marano, en effet, sa première torpille ayant faite de sacrés dégâts à un Aviso Anglais, ce Dernier prit la tangente en direction du Sud, sûrement pour rallier Malte.

Le Commandant Marano ordonna une alerte générale, ne se doutant pas de la présence d'ennemis, ce dernier se permit de s'arrêter en plein milieu du champ de bataille aux côtés d'une épave de Destroyer Anglais de classe O&P, mitraillant ainsi les rescapés du navire au canon de 20mm, il faut dire que le Commandant Marano n'a pas froid aux yeux de commettre une telle cruauté.


Destroyer de classe O&P Anglais qui ne coule que très lentement




A peine eu-t-il le temps de se reposer que la vigie repéra au loin un croiseur léger Anglais qui venait se joindre à la partie, c'est de l'eau bénite pour le Commandant Marano.

Commandant Marano : " Messieurs ! Branle bas de combat ! Tous le monde à son poste ! On remet ça une nouvelle fois !"

Et effectivement, la méthode fut la même, basique mais elle permettra de tirer une nouvelle torpille de façon sécuritaire.

La cible du jour est le Croiseur Léger Anglais de classe Carlisle, le HMS Partridge.

Enfin une vraie grosse cible de plus de 3000 tonnes ! 



Même procédé, et il s'agit d'un torpillage avec succès ! Voici le rapport de l'officier tactique : 

Capo di prima classe Tattica : "Le 23/03 à 08h48m03s : Nous avons torpillé Partridge (Croiseur Léger classe Carlisle) et l'avons touché ! -Légèrement- "


Le rapport de l'officier tactique est satisfaisant, le Commandant Marano décide de faire demi tour en direction et décide contacter la Medusa via radio locale afin d'y exposer son rapport.

Commandant Marano : " Commandant du S-519 à Flottille Medusa, avons presque épuisé nos torpilles de réserve, pouvez-vous nous indiquer votre éventuelle position en vue d'un ravitaillement proche ?

Flotille Medusa : [Silence flou et grésillements

Commandant Marano : Je répète, ici le Commandant du RN S-519 de classe M.A.S, une vedette lance-torpilles armée, pouvez-vous répéter votre dernière transmission ?

Flottille Medusa : [Grésillements et explosion au loin]

Commandant Marano : Bon sang ! C'était quoi ça !? Marinai ! A vos postes ! En position défensive et sur le champ ! 

Officier Tactique : Commandant regardez au 257 ...

Commandant Marano : *regarde au cap indiqué* Nom de Dieu de p****n de b***el de m**de ! 

Officier Tactique : Il n'y avait pas au moins un croiseur lourd, un destroyer, une vedette et une corvette là-bas ?

Commandant Marano : *Il se tut pendant quelques minutes et décida de rester calme* Prevenez l'E.M de la Regia Marina, une attaque sous-marine a eue raison de la Medusa, nous sommes sûrs d'êtres seuls pour le moment, j'espère que le Commandant Luwen et les autres ont survécus ...

Officier Navigateur : Commandant, où allons-nous ? 

Commandant Marano : Replions nous sur le port militaire de Palermo, on se ravitaille là-bas et on fait notre rapport.

Ensemble de l'équipage : Oui ! Capitano !"


23 Mars 1942, 12h45, vers Palermo, une course poursuite éclate


Alors que notre équipage de la vedette 519 se dirigeait vers Palermo, elle remarqua qu'elle était suivie d'un destroyer Classe Tribal et du fameux HMS Partridge, sans plus attendre, les obus sifflaient vers notre chère S-519.


Sottocapo : " Capitano ! Ils sont près de nous ! que devons nous faire ???

Marano : Foncez vers le champs de mines ! Barre à tribord au 185 ! Vitesse maximale ! 

Navigateur : Commandant je ne vous le recommande pas ! Vous allez nous tuer à coups sûrs ! 

Marano : C'est soit ça ou on meurs dans ces eaux froides et remplies de mazout ! Je vous laisse décider Capo di prima classe

Navigateur : Bien Capitano ! C'est vous il patrone ! "

La vedette se dirigeait rapidement vers le champs de mines axien, ces mines ne se voyaient pas, alors on peut penser que les mines sont absentes, mais ...


Mine flottante et mines immergées, sacrée surprise non ?






Une énorme explosion se fit entendre sur les côtes de Palermo




Une mine vient de se heurter à la pauvre vedette en difficulté ! Décidément, le karma à bien rattraper le Commandant Marano, espérons pour lui et son équipage qu'il n'y ait eu plus de peur que de mal ...


avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Sam 24 Mar 2018, 13:00
24 Mars 1942, près de Palermo, sur les bords du quai




La vedette S-519 et son équipage, rentrant de mission à Palermo


Glorieuse victoire ! S'étonna l'Amiral en chef du port militaire de Palermo, il s'étonna surtout de la qualité des M.A.S a résister aux mines navales, il ne peut s'empêcher de saluer et de remercier le Commandant Marano et son équipage, endeuillés suite à la perte d'un membre de leur équipage, le Capo Di Prima Classe Giuseppe Tarantino, qui était le navigateur du S-519, il périt lors de la rencontre avec la mine, le tuant sur le coup car la mine a taper la vedette vers la quille, causant une mineure inondation, l'équipage réussi quand bien même à réparer le navire et à rentrer à Palermo, mais voilà, un marin a été tué à cause des actions de son Commandant qui lui seront jugées comme irréfléchies de la part de la famille Tarantino.

Toutefois, suite à ses actions, à son courage et à sa tactique, le Capitano Di Corvetta Floriano Marano se voit promut au rang de Capitano Di Fregata, un rang qui lui permettra par la suite de commander directement des plus gros navires.


Rang Capitano di Fregata


Contrammiraglio di Palermo : " Pour votre courage, votre ténacité et vos efforts, je vous remet la médaille de bronze de la Regia Marina, prenez en soin et que Dieu vous protège dans votre périple."


Médaille de bronze de la marine


Il poursuit en félicitant l'équipage suites aux intenses aventures qu'ils ont vécus, pas un Commandant peut se vanter de sortir vivant d'un champs de mines à pleine vitesse, c'était un exploit que personne n'avait jusque lors réussi.

Le Commandant Marano, suite aux ordres de sa flottille, se voit attribuer un nouveau type de navire : La Vedette Lance-torpilles M.A.S 522, dotée d'armes anti sous-marins, cette vedette fera la renommée du Commandant.




M.A.S 522, le navire est renommé M.A.S 519, en hommage au S-519.




Dès lors, le Commandant Marano s'excuse auprès de la famille Tarantino et raconte les faits, et il assume toute la responsabilité de son geste, il se prend plus d'une gifle mais il souligne avec tact qu'il n'avait pas eu d'autres choix.

Espérons que l'empathie n'ait pas raison de notre Commandant ...
avatar
Florian Marann
Petite brise
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Britannique
Flottille au Front Atlantique : Force A
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 21
Age : 20
Date d'inscription : 15/01/2017

Infos
Nationalité: Britannique Britannique

Re: A la poursuite du rival

le Dim 01 Avr 2018, 16:55
25 Mars 1942, 14h00, au large du port de Palermo



Un navire de croisière Italien entrant dans le port de Palermo




Après le deuil de son jeune navigateur, le Commandant Marano reprit le large avec la Medusa dans l'optique de se venger des sous-marins Anglais et Russes, la perte d'un membre de la Medusa affecta grandement le Capitano, son équipage, se faisant déjà assez d'inquiétude à son sujet, se voit contraint de dissuader au Commandant de reprendre la mer, mais que à cela ne tienne, Floriano était déterminé, il voulait couler ces sous-marins ! 

Il reprit la mer avec calme et avec toute sa tête, il se sentait toutefois comme observé, mais sûrement une mauvaise pensée.




26 Mars 1942, 04h16, au large des côtes de la pointe de la Sicile



Alors que la MAS 519 se dirigeait vers XXX avec la flotte composée de VLT, un énorme explosion se fit entendre non loin de la MAS 519, c'était la VLT de Artorius qui venait de se faire pulvériser par un engin explosif très puissant, pris de panique et de terreur, le Commandant Luwen ordonna la retraite générale de sa flotte en direction de YYY, c'était le début de la cavale de la Medusa en mer Méditerranée.



VLT MAS 521 du Commandant Rovere qui a prit une torpille de 533mm par un sous-marin




Le Commandant Marano qui était très agacé par ces attaques incessantes, décida de foncer en direction du tir afin de trianguler le submersible adverse.
C'est après plusieurs essais et que Marano donna son rapport, que la Medusa lui ordonna de se replier en vitesse en direction de YYY.


A peine eu-t-il le temps de faire demi tour qui vit tardivement un sous-marin Anglais sortir de l'eau et faire feu sur sa vedette.
Marano prit alors un tir de 100mm dans la coque, causant une légère voie d'eau à la vedette, aucun morts n'est à déplorer, il ordonna alors la retraite de son navire et fit son rapport à Luwen concernant sa situation, Luwen lui ordonna de continuer en direction du Nord-Est en direction de YYY.


Photographie du HMS Barbaferoce, Sous-marin de classe Oxley 


27 Mars 1942, 18h20, en approche du port de Napoli


Après une belle journée de cavale en direction de YYY, le Commandant Marano alla faire réparer sa vedette au port de Napoli, et ensuite il devrait repartir, le plan est alors le suivant : Réparer et ravitailler à YYY, pour ensuite partir en direction du cap Ouest entre la pointe de la XXXXXX' et de la ZZZZZ, afin de pouvoir contourner les subs qui sont approximativement vers : MMMMMM; toutefois le risque zéro n'existe pas, et le Commandant Marano en a conscience lors d'un conversation avec une jeune femme qui l'a abordé dès son arrivée à Napoli, une jeune femme rousse très charmante qui lui faisait de l'oeil depuis qu'il l'avait vue.

Femme inconnue : "Qu'est-ce qui vous passionne depuis votre arrivée dans la marine Italienne ?

Commandant Marano : Vous voulez savoir ? Ce qui me passionne c'est de tirer sur des navires Anglais, voir également de les "finir" comme il se doit.

Femme inconnue : Vous m'intriguez Commandant, dites m'en plus s'il vous plaît.

Marano : Ah ! Croyez moi que j'aimerais bien vous en dire d'avantage, mais ce que j'ai fais m'en fait perdre le sommeil ces derniers temps.

Femme inconnue : *Elle lui fait du charme* S'il vous plaît.

Marano : *Il hésita pendant quelques instants* C'est d'accord, je veux bien vous raconter ce qui s'est passé ce jour-là.

Femme inconnue : *Elle s'alluma une cigarette et tendit l'oreille* Je vous écoute "Capitano".


Marano : Pour faire court, et je vais aller droit au but, après le torpillage réussi d'un croiseur anglais, j'ai décidé de me poster aux côtés d'un destroyer anglais en perdition, l'équipage de ce dernier voulait monter sur ma vedette afin d'y trouver refuge.

Femme inconnue : Et avez-vous accepter cet équipage comme prisonniers de guerre ?

Marano : Mon équipage était d'accord pour en faire monter un maximum et de vouloir ensuite les ramener à la terre ferme, c'est à dire à Palermo, ils auraient été faits prisonniers mais ils seraient en vie.

Femme inconnue : Dans ce cas, pourquoi le contraire se lit-il sur votre visage ?

Marano : Parce que ... *Il serra les dents et comprima sa casquette de Commandant* J'ai ... Moi-même abattu cet équipage au canon antiaérien ... En cinq salves de quarante obus de 20mm, il ne restait plus rien de cet équipage anglais ...

Femme inconnue : *Elle se tut*

Marano : C'est ... En quelque sorte, mon pêché capital, je sais que je ne l'emporterais pas au paradis ...

Femme inconnue : Si le paradis vous accueil ... C'est bien trop lourd pour un seul homme comme vous, laissez-moi vous remonter le moral, je connais un endroit pour ça.

Marano : Vraiment !? Vous acceptez vraiment de m'aider ? Je vous remercie madame ! Madame ... *Il essaya de deviner son nom*

Femme inconnue : Sandy, moi c'est Sandy Ducker, mais appelez moi Sandy. *elle lui fit un sourire*"


Après avoir bien discuter avec Sandy, le Commandant Marano se dirigea dans un hôtel peu fréquenté, il espérait pouvoir conclure avec cette femme, même si cela n'était pas dans ses obligations, il voulait néanmoins profiter de la terre ferme avant de se remettre dans le "bain".

La nuit passa, Marano eut ce qu'il voulait, Sandy également.

Du moins c'est ce que Marano pensait, vers minuit voir, une heure du matin, un énorme fracas se produisit dans la chambre de Marano et de la belle Sandy.

Hommes inconnus : "*Dans un anglais parfait*  Les mains en l'air ! Toi le grand gaillard ! Mets toi à genoux ! La tête vers le bas ! 

Sandy & Marano : Mais qu'est-ce qu'il se passe !?

Homme inconnu : Mais tu vas la boucler toi ! *Il frappe violemment Sandy d'un coup de crosse et se dirige vers Sandy* Vous allez bien madame !? Je ne voulais pas vous donner un tel coup ! Vous pensez qu'il y a vu que du feu ?

Sandy : Tais-toi imbécile ! Maintenant il sait ! 

Commandant Marano : *Il comprit l'Homme anglais* Savoir !? Mais qu'est-ce que je dois savoir !? Sandy ! Qu'est-ce qu'il se passe explique-moi ! 

Sandy : Messieurs, attachez le, et serrez bien ses cordages.

Hommes inconnus : Bien madame ! *Ils ligotent Marano* 

Commandant Marano : Sandy ! Que se passe-t-il ? Tu es de leur côté ?

Sandy : *Elle sort des feuilles bien remplies tout en parlant en Italien* Commandant Marano Floriano, originaire de Messine, 26 ans, célibataire, sans enfants, casier juridique vierge, rien à redire, le bon petit soldat parfait que toutes armées rêveraient d'avoir, pour ce qui est de cette situation je vais être claire et précise, je me nomme Sandy Duchker, je suis membre d'une unité de commando de renseignement Anglais, ma mission est simple, vous capturer, et vous ramener en Grande-Bretagne où aura lieu votre procès au tribunal de la Royal Navy.

Commandant Marano : Je suis capturé et je vais être jetté en prison !? Pour quels motifs ! Vous n'avez pas le droit ! Mon équipage vous retrouvera et vous le fera payer cher ! De même pour ma flottille ! 

Sandy : *Elle lui tend une photo* Vous voulez dire cet équipage ? Ce navire ? Pour votre flottille, on laisse la P.S.S et la Force B se charger du reste, mais pour votre équipage, ils sont en route pour Malte, nous les avons capturés, votre navire a été sabordé, vous êtes fait comme un rat, alors rendez-vous.

Commandant Marano : Jamais ! *Il riposta comme il peut*

Hommes inconnus : *Ils l’assomment avec un coup de crosse* Fait dodo ..."


Fin du RP "A la poursuite du rival", la suite du RP lors du procès du Commandant Marano : [url=http://dasboot.motionforum.net/t18452-changement-de-nation#432484]http://dasboot.motionforum.net/t18452-changement-de-nation#432484[/url]
Contenu sponsorisé

Re: A la poursuite du rival

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum