Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Karl Meissner
Petite brise
Autre pseudo : Tomio Hishikawa
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : 6. Flottille der Schwarzen Meer
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : 8KTK
Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 11/09/2013

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Journal de bord du cuirassé Tirpitz

le Lun 04 Juil 2016, 22:05
À la chasse aux croiseurs américains



Le cuirassé Tirpitz naviguait accompagné par quelques navires d’escorte vers le port de Dunkerque. L’ordre était clair – faciliter le passage de détroit de Dover pour le croiseur Prinz Eugen. Quand le Tirpitz passait entre Cherbourg et Portsmouth, l’opérateur radio entra à la salle de commandement. «Herr Kapitane, je vous apporte les derniers messages. Les autres de la 6ème ainsi que les Italiens sont en train de lutter contre les Américains de la TF81 à l’ouest de Plymouth!»  «Danke, vous pouvez sortir» dit Karl Meissner. L’opérateur joignit ses talons et quitta la passerelle. Après une brève discussion parmi les officiers, on prit la décision de rejoindre la bataille.

La Reine du Nord se tourna pesamment  vers l’ouest et son équipage se mit en garde, car son capitaine déjà lut les messages parlants de premiers nauffrages. On coula un Brooklyn et un Admiral Hipper.  Le plus grand choc arriva le 1 juin après le petit déjeuner. Comme d’habitude, capitaine Meissner était chez soi  et buvait son café. Tout d’un coup, l’opérateur radio fit irruption dans sa cabine. « Mein Gott Herr Kommandant! Un vrai massacre! » « Himmel...calmez-vous Hans, qu’est-ce qu’il y a si horrible? » « On a coulé le Trento ainsi qu’un Spah, un Mirabello et plus un U-Boot. Par contre, l’ennemi a perdu seulement un Cleveland ! » « Ah...mais bon. Appelez-moi les officiers à la salle de commandement! » On y discutait vivement les événements récents, on comparait les forces en présence. Il fallait analyser tous les dangers éventuels. Finallement, Karl Meissner fit la conclusion « Malgré ce grand succès des Américains, nos forces restent supérieures. De plus, notre blindage est solide et l’armement de leurs croiseurs légers ne peut pas nous faire mal. Alors on continue sur le front! »

Le 6 juin, le Tirpitz arriva en seconde ligne de la flotte de l’axe. Ce jour, on coula un Brooklyn ainsi qu’une petite VLT.  Le 7 juin, on coula un destroyer américain. La situation semblait stable...



Le 8 juin, Karl Meissner expliquait à ses officiers « Meinen Herren, encore une fois une drôle de guerre! Les Américains sont trop faibles pour nous attaquer et nous, nous ne voulons pas les attaquer non plus. Celui qui attaque le premier est celui qui va perdre la bataille... » Après ces mots, Meissner tourna ses yeux vers l’horizon. Les Américains attaquèrent le cuirassé Geinesenau de Karl Wilhelm. Leur manoeuvre était rapide et le gros cul sombra. « Alarm!!! » Tous les hommes de Tirpitz couraient à leur postes de combat ravisés par l’esprit de vengeance. La Reine du Nord se fâcha et commença à poursuivre  à toute vapeur les croiseurs américains qui se repliaient en ordre, mais pas assez rapidement. « Sepp, vois-tu  ce Brooklyn? » dit capitaine Meissner  au commandant de la batterie «Il est un peu touché! Alors, tous nos 380mm, feu!!! » Les quatre tournettes – Anton, Bruno, Ceasar et Dora firent feu à distance. Après deux salves fracassantes, USS Grister de capitaine Dan Rash explosa éclatement. Cet ennemi valeureux et dangereux trouva sa mort au combat. «Bravo! » cria capitaine Meissner « Et maintenant ce Baltimore! » Un autre coup de 380mm éclata et le croiseur américain subit des graves explosions. Plus tard, il fut coulé par un Italien. Après cette ouverture de la bataille, les forces américaines se repliaient rapidement et le Tirpitz était trop lent pour les poursuivre. Les autres unités de l’Axe réussirent à couler encore deux croiseurs, un destroyer et surtout un navire atelier. Le cuirassé Gneisenau fut vengé et les Américaines se cachèrent dans le port de Bristol. La TF81 fut vaincue.

Pour les hommes de Tirpitz, ce fut le temps de repose. Les officiers se réunirent pour boire du Schnaps. « Aujourd’hui on a découvert la puissance de nos 380mm au cours d’un combat contre un ennemi digne de ce nom. Même une seule touche est assez forte pour qu’elle puisse mettre hors combat un croiseur américain!» dit Joseph Steiner, commandant de la batterie principale. « Tu as raison Sepp, mais n’oublions pas que notre flottille a quand même subi trop de pertes. La prochaine fois, on doit être plus prudent pour éviter une telle boucherie.» dit capitaine Meissner.  « Mais c’est la guerre chef, personne ne sait jamais » dit Leutnant Gruber. « Oui, la Fortune est une fille légère » dit Karl Meissner et après la discussion se tourna envers les sujets moins importants...



Le matin après la bataille sanglante, l’équipage de Tirpitz se réunit au bord pour rendre hommage aux camarades tombés en chantant Ich hatt einen Kamaraden. Tout le monde savait que la victoire n’était pas gratuite.

Au cours des jours suivants, la 6ème flottille se tourna vers Sud-Ouest pour y chasser d´autres croiseurs de la TF81. On les chassa jusqu’au port de Vigo. Finalement, on pris la décision de cesser cette poursuite inutile et regrouper la flottille.

Le nouveau Chef de la 6ème


L’amiral Erich Bock passant l’équipage de Tirpitz en revue, son capitaine Karl Meissner se trouve à l’arrière.

À la fin du mois de juin, le cuirassé Tirpitz eut l’honneur d’être l’hôte de l’assemblée des officiers de la 6ème flottille. Son ancien commandant Kurt Unsinkbar y présenta sa résignation à sa poste pour des raisons personnelles. Après on élut unanimement le nouveau commandant, l’amiral Erich Bock. Toute la flottille souhaita une bonne continuation à son ancien Chef qui la dirigait pendant des années avec excellence.
avatar
Karl Meissner
Petite brise
Autre pseudo : Tomio Hishikawa
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : 6. Flottille der Schwarzen Meer
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : 8KTK
Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 11/09/2013

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Journal de bord du cuirassé Tirpitz

le Lun 13 Mar 2017, 22:07
La naissance de la Nordseeflotte, l’opération Ostwind et l'échec de FANMADA


Tirpitz dans un fjord pendant la trêve d'hiver.

Pour le but  d’effectuer le ravitaillement, les réparations ainsi que les autres affaires techniques nécessaires la Drachen, la 8ème et la 6ème se retirent du front pour passer le mois de décembre dans le port de Bergen et ses alentours.  Représentant une bonne cible pour un bombardement éventuel, Tirpitz fit caché dans un fjord et gardé par une batterie de Flak lourd. Pour les  opérations encore plus efficaces, l’OKM prit la décision de créer la Nordseeflotte comme l’État-major commun. L’amiral Stein Elingen fut nommé le chef suprême de la Nordseeflotte et les autres hauts officiers composèrent l’Admiralstab. À cette occasion, Karl Meissner fut nommé le nouveau chef de la 6ème flottille.
 
Le 22 janvier, la Nordseeflotte leva ses ancres et partit en direction de l’Island. L’opération Ostwind avait pour son but d’attaquer le commerce de l’ennemi. On réussi à couler en passant quelques submersibles ennemis et décimer une patrouille d’US. Navy. Un fois sur la ligne de convois venant de l’Amérique pour soutenir la Grande Bretagne, les navires allemands coulaient beaucoup de cargos qui n’étaient point protégés. En même temps, les submersibles des Alliés faisaient la même chose en Mer du Nord. Alors, la Nordseeflotte dut se rentrer près de côtes norvégiens et les massacrer. À ce moment, l’État-major déjà estimait que les Américains renseignèrent tous les flottilles alliées en Atlantique et qu’une contre-offensive va suivre. Ayant pour son but principal de contrôler la Mer du Nord, la Nordseeflotte se tourna vers l’Écosse pour faire de la reconnaissance.
 
Un matin, l’avant-garde signalisa la présence de l’ennemi – un croiseur lèger classe Atlanta suivé par la Tenth Fleet et un croiseur Hawkins de Privateers. Les deux croiseurs furent vraiment très audacieux, ils restèrent sur leurs positions et continuaient à observer tout mouvement de la flotte allemande ce qui leur coûta cher. L’Atlanta fut déchiré par les 380 mm de la Reine du Nord et ensuite coulé par un destroyer. Le Hawkins ne réussit pas à fuir devant nos croiseurs non plus. La première victoire de cette nouvelle bataille en Mer du Nord ne fut que tout petit début d’un grand orage! L’Abwehr aussi tôt signalisa à l’amiral Stein que presque tous les flottilles alliés étaient en train d’avancer contre la Nordseeflotte! Après quelques jours, Konteradmiral Karl Meissner put observer de sa passerelle une grande flotte ennemie composée de navires français, anglais et américains. Environ 30 contre 15! Dangereux étaient surtout deux KGV, deux Hood, un South Dakota, un Richelieu et un Dunkerque ainsi que les fameux Mogadors de la FANA. La Nordseeflotte dut se replier en direction de Bergen pour rejoindre les renforts de la flottille italienne.


La dernière photografie de Dunkerque.
 
Pourtant l’ennemi resta trop puissant et la nuit s’approchait. On discutait beaucoup à l’État-major. Certaines proposèrent l’attaque immédiate pour gagner l’initiative perdue, l’autre capitaine parlait de repli le plus rapide possible à Kiel. Finalement, on se décida de rester à notre place et accepter la bataille. À la crépuscule, l’ennemi attaqua Lorelei (classe Bismarck) de Konteradmiral August Werthmann. La plupart de tirs fut un échec. Quand la nuit tomba, un capitaine dont le nom fut malheureusement oublié par l’Histoire proposa une contre-attaque brave pour couvrire la retraite. Au moment donné, les croiseurs et les destroyers s’approchèrent étant couvrés par l’ombre vers l’ennemi. La division cuirassée dorée par deux unités classe Bismarck ne fut que réserve. Sur la passerelle de Tirpitz, on observait attentivement le combat. L’ennemi fut bien trompé par l’inactivité de la Nordseeflotte au cours de la journée! Pendant quelques minutes, il a perdit un Dunkerque, un Atlanta, un Farragut et un patrouilleur. Les Italiens n’hésitèrent pas, un Swiftsure fut coulé! L’ennemi devint désorganisé pour le reste de la nuit, mais quand même puissant et dangereux. Pendant quelques heures à suivre, les cuirassées allemandes protégeaient le repli de la Nordseeflotte. Quelques unités anglaises ou américaines tentèrent de s’approcher, mais cela fut suivi d’un repli général des ennemis.
 
Au minuit, les flottes furent sans aucun contact visuel et les mariniers pouvaient reposer. Malgré tous ces forces puissantes en présence, la FANMADA faillit à vaincre la Nordseeflotte et subit des pertes.


 
Tableau de pertes depuis la reprise en janvier:
1 cuirassé rapide classe Dunkerque
1 croiseur lourd classe Hawkins
3 croiseurs légers classe Atlanta
1 croiseur léger classe Edinburg
1 croiseur classe Swiftsure
1 destroyer classe Farragut
1 patrouilleur classe Vosper 72-6
13 submersibles alliés (approximativement)
2 submersibles allemands (je ne compte pas deux unités allemands dont les capitaines étaient en La Manche et sont devenus inactifs)



Merci à tous pour une belle bataille!
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum