Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Isamu Kobayashi
Tornade
Autre pseudo : Ottavio Renatore
Nation au Front Atlantique : Italie
Flottille au Front Atlantique : XIIIª Squadriglia Torpediniere Bordeaux
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Daisan Kantai Asakaze
Nombre de messages : 3077
Age : 42
Date d'inscription : 15/05/2010

Infos
Nationalité: Italien/Japonais Italien/Japonais

Le Japon en Armes

le Mer 07 Jan 2015, 19:06
Décembre 194-.
Aube.
Quelque part au large du Cap-Vert.


Les premières lueurs du jour dévoilent une mer d'huile lorsque des remous agitent la surface.
Une ombre sort doucement des eaux.
Une silhouette peu commune en ces lieux apparaît alors : plus de 100m de long, un surprenant bulbe à l'avant du kiosque, une rampe...
Le sous-marin I-29, de classe Unsen Otsu-gata, s'apprête à lancer un Watanabe E9W1 surnommé par les Alliés "Slim". Cet hydravion de reconnaissance, le dernier en service, permettra à l'équipage de s'assurer que les alentours sont tranquilles.
Deux hommes sortent du kiosque, se dirigent vers l'avant et ouvrent les portes du hangar. Deux minutes trente secondes plus tard, le biplan s'envole avec les deux hommes à son bord.

Quelques marins sortent alors du ventre de la bête pour se détendre et prendre l'air. L'ambiance est sereine et certains font quelques mouvements pour se dégourdir les jambes.
Tout à coup. A quelques dizaines de mètres. Un bouillonnement. Un officier crie et les hommes se précipitent vers l'intérieur lorsqu'un kiosque surgit !
Au sein du submersible, c'est l'agitation. Agitation mais sans bruit, tout le monde sait ce qu'il a à faire et l'expérience paie. L'équipage est prêt en quelques secondes.
L'officier-radio tend un message au Commandant : le rapport de l'hydravion indique "Aucun danger".
Aussitôt, le Commandant lance le signal : "Transfert !"

Le Type IXc/40 était à l'heure. Remonter en surface en plein jour n'avait rien de routinier mais il fallait faire confiance aux japonais et le Commandant allemand, discipliné, en avait vu d'autres. Il eut à peine le temps de monter à l'air libre qu'un pneumatique approchait déjà.
A son bord, le commandant en second du I-29 et quelques officiers. La délégation japonaise est accueillie à bord du bateau allemand. Dans le carré des officiers, les japonais remettent deux mallettes contenants des documents à leurs homologues.
Pendant ce temps, un autre canot enchaîne des allers-retours entre les deux sous-marins. Ainsi ce sont plusieurs tonnes de matériels divers qui sont transférés de l'un à l'autre.



Les Japonais chargent un Métox, un radar Würzburg, des torpilles allemandes, des diamants industriels, des machines Enigma, trois sortes de leurres pour radars et de la quinine.
Les Allemands chargent une torpille Type 89, deux de Type 2 (torpilles lancées par voie aériennes), une torpille de Type 95 à l'oxygène, du caoutchouc et deux tonnes d'or en lingots pour l'ambassade japonaise à Berlin.
Les fameuses mallettes contiennent en autres des plans pour un système de trim automatique pour avions, ceux des torpilles.
En échange les allemands leur confient les schémas détaillés du Type IXC/40, de charges creuses anti-char, d’un nouveau modèle de canon aérien et divers documents à l’attention de l’Ambassade d’Allemagne à Tokyo.
Au bout de quelques heures, les transferts sont terminés et les deux sous-marins disparaissent.


Plusieurs jours plus tard.
Au couché du soleil.
Lorient.


Le fameux Type IXc/40 arrive dans la rade de Lorient. Chose inhabituelle, une poignée d'Officiers d'Etat-Major et deux civils attendent sur le quai.
Le bateau à peine amarré, le Commandant gagne le quai et salue ses supérieurs et les deux civils, des japonais. Il s'agit de l'Attaché Naval Japonais à Berlin et de l'Attaché Naval Japonais en Suisse.
Il leur tend une mallette à chacun.
L'Attaché Naval à Berlin vérifie le contenu et la liste des plans puis repart aussitôt avec son homologue allemand. L'Attaché Naval Japonais en Suisse, lui, ouvre la mallette, prend un des documents et le tend au Commandant :
-"Commandant, pour vous remercier, nous tenons à vous offrir ceci." Sur ces mots, l'Attaché referme sa mallette sur d'autres nombreux exemplaires de ce document et prend congé.

Une fois la délégation partie, sous la lumière blafarde d'un lampadaire, le Commandant jette un oeil sur le document qu'il a reçu. En titre : "Le Japon en Armes". Il s'agit apparemment d'un journal japonais traduit en allemand, plus précisément du journal de la Dai-Nippon Teikoku Kaigun.



Retournant à ses affaires, il ordonne le déchargement de son navire et donne permission à son équipage.
Plus tard, la lecture de ce journal s'avéra intéressante et distrayante pour le Commandant. Maintenant il savait à peu près ce qui se passait sur l'autre face du monde. Le papier passe ainsi de main en main pendant plusieurs semaines... Jusqu'à ce qu'il se retrouve entre les mains d'un ouvrier français.

Vivement intéressé, le Renseignement américain se fait parvenir l'exemplaire par la Résistance. Le journal est ainsi traduit en français et en anglais et les plus hauts responsables Alliés épluchent les informations.





Sources pour la rédaction du RP librement interprété :

-http://www.combinedfleet.com/kaigun.htm
-http://ostfront.forumpro.fr/t1804-les-transferts-de-technologie-japon-allemagne-par-sous-marin
-http://www.contisplage.com/le-mystere-du-u-180/

Vous pouvez, si vous le souhaitez, réagir au sujet de ce journal ou de ce RP dans une autre section du forum.
Bonne lecture.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum