Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1066
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Mer 14 Mai 2014, 11:43
le 14 mai 194* (2014 IRL) quelque part dans l'Océan Pacifique.

L'I-53 faisait route vers le point de rassemblement de la flottille après une longue campagne de chasse aux convois.
Plusieurs capitaines de la 2-Kantaï-Kankoku avaient reçu de nouvelles affectations sur des sous-marins plus performants et la flottille était devenue une vrai force de combat offensive et puissante.

Profitant de l'été austral dans les eaux chaudes du Pacifique Sud, l'ensemble de l'équipage non occupé par les tâches de navigation à vitesse moyenne regardaient un bosco se bagarrer avec un requin blanc pris au piège d'une ligne tendue dans le sillage du magnifique submersible que commandait Naozane Sangun.

Naozane ne dérogeait pas à la contemplation de ce spectacle, estimant les chances de capture et de bonheur à la dégustation future de délicieux sashimis, du haut du kiosque de la puissante machine de guerre qu'était le Hei-gata de 2184 tonnes.

Kaïgun, message radio de l'amirauté !

Par le trou d'homme menant aux profondeurs du navire, le planton venait d'apporter un message en provenance de l'opérateur radio.


De: Tokumu Kikan.
Le kaïgun Hiro Kaiten qui était porté disparu avec son submersible l'I-43 depuis plusieurs mois vient de se signaler comme étant toujours en opérations.
Nous ne savons pas s'il s'agit d'une vraie information ou d'une tentative d'intoxication des services de renseignements de l'ennemi.
Vous qui l'avez bien connu dans le passé lors de votre affectation à l'Hashima Sensuikan tentez de prendre contact et assurez-vous de de sa totale loyauté envers l'empereur!
Hiroo Onoda 3rd Section:

Hiro, le vieil Hiro qui était le commandant en second de l'Hashima, ma première flottille de guerre, en vie, est-ce possible ?

Telles étaient les premières pensées qui vinrent en tête à l'officier d’État Major, commandant le I-53 qu'était devenu Naozane. Que de chemin parcouru depuis son premier commandement au sein de l'Hashima le RO-122 un L4.

Après plus de six heures de réflexion et une douzaine de flacons de saké chaud passés pour fêter la bonne nouvelle, mais aussi aider à la réflexion, Naozane dicta le message suivant qu'il fit envoyer via les moyens de communication de l'Etat Major dont il disposait en temps que membre.

avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Mer 14 Mai 2014, 21:35
Le Tai-sa Shengu était en poste à Manille depuis 4 mois maintenant.
Depuis la prise de Manille par les troupes japonaises.
-Détachez-le, vous pouvez partir, je vais m'en occuper.
Les deux soldats hésitèrent quelques instants puis obtempérèrent.
Shengu, relisait l'ordre qu'il avait sous les yeux puis regarda à nouveau.




L'homme, ou du moins ce qu'il en restait, se tenait debout sans rien dire.
Il ne devait pas peser plus de 50 kilos, les yeux hagards...
Et pourtant... quelque chose, une lueur, aucun signe de vie n'émanait de ce corps
meurtri par plusieurs mois dans les camps de la Kempeitai, mais les yeux, ces
yeux, eux, dégageaient quelque chose...

-Mon fils était sous votre commandement sur l'I-5

Aucune réaction.

-Je ne veux pas connaître les raisons de votre arrestation, si vous êtes encore en vie
aujourd'hui, c'est un signe, vous avez sans doute quelque chose à accomplir avant de
disparaître dans ce maelstrom que nous vivons aujourd'hui.
-Mon fils m'a souvent parlé de vous dans ses lettres. Et pour une fois, un père va
suivre les conseils de son fils.
-L'I-43 est à quai, présentez-vous demain matin, vos ordres vous y attendront.

-Vous me faites confiance ?
-Ne le devrais-je pas ?
Kaiten ne répondit pas.
-Vous pouvez disposer Kaigun. Bonne chance et prenez soin des hommes que je vous confie.
Hiro Kaiten esquissa un salut approximatif, sortit, et avant de refermer la porte...
-Votre fils ?
-Il est porté disparu depuis 2 mois, son sous-marin a probablement été coulé par l'aviation américaine...


Le 12 mai, l'I-52 quittait Manille.
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Mar 22 Juil 2014, 21:43






Alors que ses hommes fraternisaient avec leurs alliés allemands, Hiro Kaiten se présenta aux autorités portuaires de *****.
- Entrez kaigun, le colonel souhaite vous voir tout de suite !
Surpris, Kaiten se dirigea vers la porte désignée par le planton. Il ne comprenait pourquoi le Colonel Bucho*
souhaitait le voir. "Boucher" aurait été un nom plus approprié, il avait entendu parler de cet officier tortionnaire
et de ses exactions lors du massacre de Nankin.
- Ah vous voila enfin, Kaiten.
Hiro Kaiten salua sans répondre.
- J'ai entendu parler de vous, je me demande comment vous vous êtes sorti des geôles de la Kempeitei.
- Ils auraient du vous exécuter, des déserteurs de votre espèces sont la honte de l'armée !
Kaiten ne répondit pas.
- Faites moi votre rapport Kaiten !
Le sous-marinier relata succinctement ses deux dernières sorties, coulant 23 navires de ravitaillement britanniques
depuis 2 mois.
- Nous avons également recueilli trois survivants du RO-102 qui a fait naufrage au début du mois.
- Ces misérables auraient mieux fait de pourrir dans leur sous-marin plutôt que de revenir déshonorés !




Hiro Kaiten esquissa un geste...
- Et vous ? - Vous revenez triomphant mais quel triomphe !!
Bucho hurlait maintenant.
- Je déteste les gens de votre espèce ! - Et quelle gloire tirez-vous de vos succès contre des navires marchands
sans défense ?
Kaiten n'y tenait plus.
- Assurément plus de gloire que toutes les atrocités sur la population civile de **** auxquelles vous vous livrez...*
- Comment osez-vous ? je vais vous...
- Et j'ai entendu dire que vous étiez un virtuose du sabre*
- Quelle insolence, vous allez immédiatement être mis aux arrêts !
- Je n'ai aucun ordre à recevoir de vous Colonel, je suis sous les ordres directs de l'Amirauté de Manille et plus
particulièrement du Tai-sa Shengu !
Le nom de Shengu fit immédiatement taire le colonel
- Je vous prierai d'ailleurs de l'aviser de mon arrivée ici ainsi que de la présence à mon bord de son fils porté disparu.
Il est l'un des trois survivants que nous avons retrouvés.
Le colonel bouillait intérieurement
- Disparaissez Kaiten, vous entendrez parler de moi ! Voici vos instructions qui sont arrivées la semaine dernière !
- Disparaissez !!!
- Avec plaisir Colonel répondit Kaiten en saisissant la lettre tendue par Bucho.
Il quitta la pièce, sans saluer.. Un léger sourire aux lèvres.

La lettre était ouverte, cet immonde Bucho l'avait lue malgré le caractère confidentiel du pli.




   Hiro Kaiten pria le service des transmissions d'envoyer son message au Kaigun Sangun. D'ici 36 heures, l'I-52 reprendra la mer...



                                                                                                                                        A suivre....





*Colonel Bucho : Premier commandant des troupes japonaises qui occupèrent les îles Andaman. Auteur avec ses hommes,
d'atrocités sur la population locale. Il décapitait lui-même certaines de ses victimes.
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Lun 06 Oct 2014, 23:54
Les deux chaloupes du Mokani avaient permis de récupérer l'équipage de l'I-52. 42 hommes, seulement 42... Tous ceux qui avaient
survécu à l'explosion avaient pu sortir du submersible pour se jeter à l'eau. Le destroyer japonais était apparu quelques heures
après le naufrage et avait secouru les sous-mariniers. Hiro Kaiten avait regardé son Hei-gata disparaître dans les flots.
Des semaines durant, il avait fui devant les destroyers américains de la Seabees. Au moment où il avait pensé pouvoir s'en tirer,
l'I-52 l'avait laché. Endommagé de toutes parts, les pannes moteur, les voies d'eau, rien ne lui avait été épargné.
Quelques jours plus tard, dans les bureaux de l'Amirauté de Shortlands, Kaiten avait dû faire son rapport.
Après une très longue route depuis Madras et le passage du champ de mines du détroit de Torres, l'I-52 avait tenté de rejoindre
les membres de la 2 KK.



Avant même son arrivée sur les lieux, cette flottille de sous-marins avait été décimée par un groupe de destroyers américains de la
Seabees. Seul le Chef de flottille avait repris le commandement d'un sous-marin, les autres ayant péri ou disparu.
Ce qui survint ensuite se résume pour les événements les plus importants au journal de bord d'Hiro Kaiten.

02 septembre : La mer est toujours aussi calme. Les faibles dommages causés par les mines de Torres sont toujours en cours de
réparation.
05 septembre : J'ai immobilisé le navire depuis 2 jours, les réparations sont maintenant terminées et l'I-52 est pleinement opérationnel.
06 septembre : Nous filons toujours plein Est. Convois signalés plus au Nord. Je décide de les laisser pour tenter de rejoindre
N.S.
12 septembre : contact établi avec N.S. qui refuse notre approvisionnement et rejoint T. pour changement de navire.
17 septembre : Sortis de nulle part, 2 destroyers identifiés de la 7th Seabees nous grenadent, notre navire est touché mais je
donne l'ordre de lancer une torpille, raté, le temps nous manque, je fais charger une torpille acoustique qui touche un destroyer
de plein fouet, j'abandonne et réussis à m'éloigner. Message radio envoyé aux sous-marins amis et à l'Etat-major.
19 septembre : seule la SKS semble avoir répondu.
20 septembre :
Un destroyer US est coulé par un sous-marin ami.
22 septembre :
Un autre destroyer US est coulé.
23 septembre :
Un convoi allié repéré, je reste à leur proximité. Plus de trace des destroyers américains qui semblent avoir
pris un cap Sud-Est.
25 septembre :
Plus aucune nouvelle des sous-marins amis.
26 septembre :
Fin des réparations. La coque est endommagée.
27 septembre :
Toute la journée les hommes ont tenté de réparé les problèmes de moteur. C'est enfin en état de marche.
28 septembre :
Nous avons coulé deux navires marchands, je n'ai pu les identifier clairement, des tankers. 9900 tonnes et
10500 tonnes. le moral des hommes remontent.
29 septembre :
Un cargo de 7000 tonnes est envoyé par le fonds.
26 septembre :
6500 tonnes à mettre à notre actif.
27 septembre :
Les destroyers américains semblent être de retour. Plusieurs des nôtres en ont fait les frais et la SKS semble
avoir été décimée. Ordre est reçu de rejoindre Tulagi. Le sous-marin a une coque fragilisée mais semble être opérationnel.
Les Destroyers américains sont signalés avec un cap NO. Je décide de les contourner par le Sud.
29 septembre :
Mon choix s'avère mauvais. Ils nous suivent de très près.
30 septembre :
Encore une fois ils apparaissent sans que nous n'ayons pu les repérer, une grenade sous-marine nous a touché
et nous avons pu nous dégager in extremis. Encore une voie d'eau et la coque est de plus en plus endommagée.
31 septembre :
Le silence règne dans le bateau, nous sommes en immersion depuis deux jours maintenant. J'essaie de changer de
cap à nouveau.
1er octobre :
Inévitablement, ils me retrouvent, je change de cap plusieurs fois par jour. Leur méthode de triangulation
semble très au point. Nous ne nous échappons à chaque fois que par des déplacements fréquents et illogiques, dès que le
"temps" nous le permet. Ce qui frappe le plus est leur capacité à bouger en même temps. Dès que je constate le déplacement
d'un destroyer, dans les minutes qui suivent, un autre bouge.
2 octobre :
Nous nous sommes éloignés et une fois encore, un destroyer nous retrouve et stationne proche de nous. Une fois
encore, dans les minutes qui suivent, deux autres destroyers arrivent. Je suis encerclé. Un patrouilleur a fait son apparition.
3 octobre :
7 heures, le patrouilleur a disparu, il fait nuit. Nous n'avons presque plus de batterie. L'air est suffocant, les
hommes restent allongés respirent difficilement. Nous faisons surface et prenons Nord Ouest. La plongée se passe mal, le bateau
est devenu incontrôlable, 10 mètres, 25 mètres, le bateau ne répond plus, 50 mètres et enfin le navire se stabilise. Je donne
l'ordre de remonter mais le bateau remonte entre deux eaux et reste repérable de très loin. Nous tentons de replonger et parvenons
à stabiliser le navire à 25 mètres.



L'I-52 sera coulé vers 19 heures, le 3 octobre. Le temps (UT) perdu à tenter de stabiliser le navire ce matin du 3 lui ont empêché
un dernier mouvement qui je pense aurait pu le sauver. Le manque de visibilité à 25 mètres n'a pas permis à Hiro Kaiten de sauver
son navire. Dans l'expectative, il voulait attendre quelques heures de plus. Ce fut trop pour le sous-marin. une fois encore, comme
depuis tant de jours, les destroyers ennemis, réglés comme des coucous suisses, l'un après l'autre, à quelques minutes d'intervalle,
l'ont grenadé à 7 reprises et viendront enfin à bout des 73 derniers points de coque.

Hiro Kaiten venait de recevoir ses ordres du Tai-sa Shengu, un avion l'attendait, il quittait son affectation à la 2 KK, un nouveau
commandement l'attendait à *****.


Ce fut une poursuite de longue haleine. Dès le premier accrochage, j'etais amoché et ne pouvais qu'essayer de fuir.
Thx à la SKS qui y a laissé sa flottille, je leur souhaite de remonter au plus vite.
Thx à l'EM qui a tenté de faire bouger les choses.
THX à la 8 SS pour les messages de soutien
Pas THX à ceux, qui a cette heure doivent encore taper du PNJ.


Les dates sont approximatives.
Ce fut un bon moment, merci.


A suivre...
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Sam 15 Aoû 2015, 16:44

Yanagi I


Hiroshima Kure, Aout 194.



Abasourdi, c'est le terme.
Il avait beau lire et relire son nouvel ordre de mission, Hiro Kaiten n'en revenait pas. On lui demandait de rejoindre Singapour
pour prendre contact avec le Cdt Uchino Shinji, un vieil ami, qui devait rentrer à bord du I-8, de mission de.. Brest en France !
Dans quelle folie, l'Amirauté allait encore plonger Kaiten ? Voilà une heure qu'on lui rabachait les oreilles avec cette histoire
d'échanges de technologies entre l'Allemagne et le Japon. Des matériaux rares que l'on transférait du pays vers l'Europe. Mica,
Tungstène et je ne sais quoi encore. Et c'est avec ça que les allemands vont gagner la guerre ?
Une virée de plus de 30 000 km du Japon à la France !! Un suicide tout simplement. Les documents scellés qui lui avaient été remis
ne l'avaient pas convaincu de l'importance de ce genre de missions. L'amirauté lui avait présenté ce "voyage" comme une nécessité
absolue d'entretenir des relations avec l'Allemagne, cet allié des grandes victoires en Europe.
Les grandes victoires ? Hum... Kaiten avait ouï dire que l'invincible wehrmacht s'était heurtée à un os en février. Un os tout rouge
nommé Stalingrad. Le peuple allemand avait été "invité" à oublier cette défaite. Quant à la censure japonaise, elle avait tellement bien
œuvré, que les japonais n'avaient même sans doute jamais entendu parler de cette ville portant le nom d'un dictateur !
Kaiten, mis au pied du mur n'avait d'autre choix que tenter ce voyage au bout du monde. Conscient des capacités de son sous-marin,
il réfléchissait et tentait de trouver une solution pour mener à terme cette folie. Départ de Kure, escale à Singapour pour charger la
précieuse cargaison, l'océan Indien, Bonne-Espérance, remonter tout l'Ouest de l'Afrique puis rejoindre la France. Les contacts radio
seront probablement à proscrire. Il faudrait naviguer loin des côtes, en surface la nuit et en plongée la journée. Le trajet allait être long.
Si l'on pouvait espérer une vitesse de 14 à 20 nœuds en surface, il faudrait se contenter de 3 à 4 noeuds (6 à 7 km/h) en plongée.
On pouvait rester jusqu'à 22 ou 23 heures en plongée, mais cela était épuisant et nécessitait des "économies de respirations".
Et on avait même pas de chiottes ! Si on arrive en France, je demande à Hitler de nous offrir un U-boot pour le retour avec une cuvette
pour poser nos fesses !!!(1)

(1) En référence au U-1224, don de l'Allemagne au Japon. Deviendra le RO-501. Quitte la France le 16 avril 44. Coulé le 13 mai 44  dans
l'Atlantique par le destroyer USS Francis M. Robinson.
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Jeu 27 Aoû 2015, 20:12
Quelle mision de ..£$/?&@!!!!
Nous n'avons pas encore rejoint Singapour, plusieurs jours de retard.
Une moyenne quotidienne d'à peine 8 knots ! Et nous sommes censés traverser la moitié du globe.
Quelle rigolade !
Hiro Kaiten n'en finissait plus de pester contre l'Etat-Major.
Une mission dénuée de tout bon sens sous pretexte d'une collaboration avec un allié de l'autre bout
du monde qui, il se le demandait, en quoi pouvait il nous aider.
Des envies démesurées de conquête du monde, des envies allemandes, les mêmes que son propre pays !
Oh, la foi, il l'avait eue. Il avait cru en ces idées d'expansionnisme, de besoins d'étendre l'Empire.
La Mandchourie, la Chine... pourquoi pas.
Mais ce déchaînement de violences, cet asservissement des populations étrangères.
N'aurait on pas pu penser cela comme une libération de ces peuples et envisager une entente avec eux ?
Apparemment cette façon de voir n'entrait pas dans les objectifs du Japon.
Assailli par ces pensées, Hiro Kaiten, le survivant des geoles de la Kempetai continuait à combattre pour l'Empire du Soleil Levant.
Pourquoi combattait il toujours pour ce drapeau nippon qui ne semblait plus avoir de place dans son coeur ?
Comment l'Amirauté pouvait elle lui confier une mission si particulière avec tous les secrets qu'elle comportait ?
Quels étaient les secrets d'Hiro Kaiten ?
C'est une autre histoire.
Aujourd'hui Hiro Kaiten essayait de trouver un moyen de sortir ses hommes de cet innommable merdier.
Son équipage. Les hommes qui l'accompagnaient aveuglément et confiants dans cette aventure insensée sans
que personne ne leur ai même demandé un quelconque avis.
Sur la table, les cartes, compas, boussoles et livrets dinstruction militaire se mélangeaient au gré des pensées du
commandant. Parfois il envoyait tout au diable en pestant de tous les noms et saisissait le périscope :
Nom de nom ! Nous sommes en territoire soi-disant ami et nos eaux sont infestés de navires britanniques !
Comment cela se passera t-il dans l'océan Indien ? dans l'Atlantique ?
Arriverons-nous déjà à Singapour ?
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Lun 07 Sep 2015, 19:46
Singapour, Fin oaût 194.


A la veille de quitter Singapour, l'Amirauté décida de donner une réception en l'honneur de notre départ.
Le gratin de l'armée japonaise était présente ainsi que nos prestigieux passagers, notamment le vice-amiral
Hideo Kojima nouvel attaché naval à Berlin qui, assis à côté de moi se pencha et me demanda discrètement 
comment j'envisageais notre voyage.
- Long et périlleux, répondis-je.
- Mais d'après le capitaine Ushino qui vient de faire le voyage à bord de l'I-8, le voyage ne semble pas trop 
compliqué.
J'hésitais à répondre, le pessimisme n'étant pas de mise en de telles circonstances.
- Parlez moi franchement, capitaine, ces militaires dans leur tenue d'apparat m'ennuient tout autant que vous,
vous pouvez vous exprimer franchement, je tiens à savoir à quoi je m'attends.
Je respirais longuement puis me lançais :
- Si par miracle nous arrivions à destination, nous ne serons pas beau à voir !
- Imaginez-vous enfermé dans quelques mètres carrés pendant des semaines. Nous allons passer des jours et des jours
sans voir la lumière du jour, sans pouvoir se laver, nous urinerons dans des boites de conserve, sans vous parler des
besoins plus importants.
- Mais...
Le Vice-amiral repoussa son assiette et cessa de manger.
- Non, profitez de ce repas, c'est probablement le dernier.
- Vous plaisantez et voulez me faire peur ?
- Amiral, êtes déjà allé à bord d'un sous-marin ?
- Je..
- Je ne parle de visite d'inauguration ou de parade festive. C'est l'enfer, outre la promiscuité, le manque de
nourriture et d'hygiène, c'est la peur qui vous tenaille à chaque instant. Il est fréquent que certains d'entre nous
perdent la raison.
- ...
- Amiral, vous êtes comme moi, les ordres sont ce qu'ils sont et on ne vous a pas donné le choix.
- Sachez tout de même que je ferai mon possible que cette "expédition" vous soit la moins désagréable possible.
- Merci capitaine.
- Désolé de vous avoir gaché la soirée mais vous vouliez que je vous parle franchement.
- Oui, merci.
- Maintenant, si vous le voulez bien, continuons à faire semblant d'écouter ces beaux parleurs et buvons.
Le vice-amiral se saisit de la bouteille de saké que le serveur allait emmener.
- Oui capitaine, buvons, à nous, ou plutôt à vous, et prions pour que vous nous ameniez à bon port.
Hiro Kaiten avala d'une traite son verre, se resservit.
- Nous amener à bon port, pensa t'il... hum, en reverrons-nous un ?
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Mar 06 Oct 2015, 22:18
Extrait du Journal de Bord du I-29

45 jours que nous avons quitté Kure, et 34 depuis Singapour. Jusqu'ici, tout s'est parfaitement déroulé mais je crains que cela
ne se corse dans les jours à venir.
Nous venons de dépasser Good Hope comme disent les britanniques. Le Pacifique est derrière nous et voici que se présente
l'Atlantique. Je m'inquiète pour le fuel, nous avons beaucoup navigué en surface et la consommation s'en ressent fortement.
L'équipage a été informé de notre destination et a parfaitement réagi malgré la nature particulière de notre mission.
Nos hôtes embarqués à Singapour ne sont pas à la fête, la promiscuité leur pèse.


HRP/

Voici une partie des notes du capitaine de Frégate Kishoyi Hinagoya parti pour Lorient au départ de Singapour en décembre 1943 :

«Dans le sous-marin, il faisait très humide et nous ne portions que des vêtements légers ; shorts et sandalettes pour la nuit .
Sur le plancher, les boîtes de conserve sont empilées jusque dans les couloirs. Dans les compartiments des officiers, les lits sont
superposés sur deux niveaux avec une table au milieu. Quand vous n’êtes pas de quart, il n’y a pas grand-chose à faire. En plongée,
on essaie de dormir pour ne pas consommer trop d’oxygène et retenir le gaz carbonique (On rejette moins de gaz carbonique pendant
le sommeil qu’en activité)  Les 18 à 23 heures passées sous l’eau embrouillent les jugements, provoquent des maux de tête, le cœur
bat de plus en plus vite et la respiration n’est pas régulière.


Le 30 décembre, comme prévu, nous avons pu faire le plein de 20 tonnes de carburant grâce à un pétrolier allemand dans l’océan
indien. Nous avons été aussi ravitaillés en poissons et légumes frais. L’équipage a beaucoup apprécié de pouvoir manger du poisson cru.
Le 1° janvier 1944, nous étions dans le sud de l’océan à 2000 miles de la pointe sud de l’Inde. Nous avons passé l’Equateur le 31
janvier. Comme prévu nous avons pu informer la marine allemande de la date de départ et du nom du bâtiment parti de Singapour.
Cela fait un mois que nous nous lavons avec un verre d’eau chaude par jour. Le matelot Ôgi avait acheté de l’alcool à Singapour et
s’en sert pour se laver. A bord la saleté et la puanteur s’installent.

5 mars : Juste avant la fin du voyage, les états d’alerte se multiplient à cause de la proximité de l’Europe et de l’Afrique. Les
batteries étaient à  peine rechargées que ce fut l’alerte. Le sous-marin a plongé en catastrophe, un avion ennemi ayant été détecté
au radar. En plongeant rapidement, nous avons entendu des bruits bizarres que nous avons mis sur le compte de la pression de l’eau.
Le bateau  n’a pu être repéré par l’ennemi et nous en avons été soulagés.  Malheureusement un officier a crié «  Il manque le
matelot Kamid ! » Celui-ci s’occupait des mitrailleuses et surveillait sur le pont es éventuelles approches ennemies. Il n’a pu rentrer
à temps dans la coque  à cause de la plongée soudaine. Nous avons prié  pour lui.
A 7h30 le 10 mars, nous sommes remontés à la surface à l’endroit du rendez-vous prévu, juste au milieu des bâtiments de la Marine
allemande venue nous protéger et nous accueillir.
Le lendemain 11 mars, nous sommes entrés dans le port de Lorient. La ville  était là sous nos yeux.
ENFIN ! . Nous débarquons après 86 jours de traversée depuis Singapour. »(1)



(1)http://piquetjm.ns5-wistee.fr/cybervillage/viewtopic.php?t=365&sid=ef5c4c12691088e6e3ab11aa921c079b
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Jeu 26 Nov 2015, 20:19

Journal de bord I-29

November 1944:
I-29 receives a signal from Germany to rendezvous with an U-boat on 13 November at 0800 (JST) to receive a new radar detector.
12 November 1944:
I-29 makes a rendezvous with Oberleutnant Hans-Werner Offermann's U-518 SW of the Azores. I-29 takes aboard three German technicians who install a new FuMB 7 "Naxos" radar detector on her bridge. Then the U-518 detaches for the Caribbean.
13 November 1944:
I-29 refuels from Oberleutnant Franz Hasler Studt's U-129, a 1,102-ton surface displacement . She is spotted by a RAF patrol plane but manages to escape.
4 November 1944:
At night, off Cape Finisterre. Surfaced I-29 is illuminated by a patrol plane carrying a "Leigh Light", but manages to escape unharmed.
9 December 1944:
I-29 enters the Bay of Biscay. She arrives too early and spends the night at the bottom.
10 December 1944:
In the morning, I-29 rendezvouses with five Junkers 88C-6 escorts. In the afternoon, German destroyers Z-23 and ZH-1 and torpedo boats T-27 and T-29 arrive. They instruct Cdr Kinashi not to dive in case of an air attack. and escort the I-29 towards Lorient.
Allied communications-intelligence learns I-29's route and schedule. Four RAF de Havilland "Mosquito" FB.XVIIIs from No. 248 Squadron, escorting two Special Detachment "Tsetse" Mosquitoes armed with 57-mm cannon, are sent to attack the submarine and its escorts. The RAF finds the ships off Cape Penas being circled by eight Junkers Ju-88C-6s from Zerstörergeschwader ZG 1 at Cazaux. The Mosquito fighters attempt to draw the German fighters away so that the Tsetses can attack the ships. The fighters succeed in downing one Ju-88C-6, flown by the German flight leader. I-29 is undamaged in the action.
After 1700, I-29 and her escorts are attacked by more than ten Allied aircraft, including RAF Bristol "Beaufighter" flak suppressors and Consolidated B-24 "Liberator" bombers, but all bombs aimed at I-29 miss.
11 March-15 April 1944:
I-29 arrives safely at Lorient. She anchors next to Kapitänleutnant Max Wintermeyer's U-190. The U-boat's crew cheers and waves welcoming greetings to I-29's crewmen on parade in their dress uniforms on her deck. Later, I-29 is berthed in one of Lorient's massive Keroman bunkers.


Inspiré de IJNSubmarine I-29 : Tabular Record of Movement
http://www.combinedfleet.com/I-29.htm
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 50
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

le Dim 20 Déc 2015, 10:43
J'aime beaucoup DB,
J'aime le Role Play tel qu'il est pratiqué sur nos jeu et forum.
J'aime beaucoup les sous-marins.
J'ai un petit penchant pour les sous-marins japonais, qui m'est probablement venu parce qu'ils sont les plus agréables à jouer sur notre jeu,
du moins lorsqu'on débute.
Avec le temps, les lectures, l'idée m'est venue de tenter de revivre l'épopée de ces subs qui ont traversé la moitié du globe pour relier le
Japon à la France. Pour ce gameplay bien particulier, j'ai collecté toutes les informations que je pouvais trouver sur le net pour tenter d'être
au plus fidèle du voyage des japonais et j'ai également noté, chaque jours, les données de DB afin de les comparer avec la réalité de 1943.
Que ce soit la vitesse, la consommation de fuel, la distance parcourue etc etc....
Mais tout d'abord, un petit retour en arrière pour poser le contexte et relater très brièvement l'histoire de ces sous-marins japonais.

L'entente entre allemands et japonais date des années 30, les premiers grands SM japonais seront construits d'après des plans allemands.
Dès 1940 le pacte tripartite favorisera plusieurs échanges en allemands, japonais et italiens qui seront connus sous le nom de code Yanagi
(saule). En 42, un accord plus "technique" sera conclu entre japonais et allemands et désormais les paiements ne s'effectueront plus en cash
ou en or mais en un échange de technologies et d'armes nouvelles mais aussi en matières "rares". Les distances et la présence de plus en
plus importante des navires alliés amenèrent les deux parties à effectuer leur "marché" exclusivement à bord de sous-marins.
Des tentatives, 3 furent couronnées de succès :
- I-30 arrive à Lorient en juin 42. Il heurtera une mine au large de Singapour sur le chemin du retour.
- I-8 arrive à Brest en août 42 et parviendra à retourner à Hiroshima.
- I-29 arrive à Lorient en mars 44 et retournera également au Japon.

Jusque dans l'Océan Indien, les japonais pouvaient utiliser la radio, même si les messages étaient régulièrement décodés par les alliés.
Singapour et Penang étant occupés par les japonais, le début du voyage pouvait s'effectuer de façon relativement sure. Le silence radio
s'instaurait dès le cap de Bonne Espérance et le voyage s'effectuait en plongée la journée (vitesse de 3 ou 4 nœuds) et en surface la nuit.
Les sous-marins naviguaient loin des côtes afin d'éviter au plus les repérages alliés. Le trajet prenait 3 mois environ pour une distance de...
30 000 kilomètres !



L'I-29 de 42 était un Otsu-Gata, malheureusement aucun n'était disponible à mon départ de Kure ni lors de l'escale de Singapour. J'utilise
donc un Ko-Gata qui propose plus d'autonomie, en ne tentant de n'utiliser que la quantité de fuel qu'un Otsu-Gata aurait pu en embarquer.



Mais revenons à notre jeu, voici l'itinéraire de l'I-29(1) :

L'I-29 du commandant Hiro Kaiten quitte Hiroshima Kure le 15 août 2015 (05/11/43) pour Singapour où il doit embarquer une cargaison de
80 tonnes de caoutchouc, 80 tonnes de tungstène, 50 tonnes d'étain, 2 tonnes de zinc et trois tonnes de quinine, d'opium et de café. L'I-29
ne transporte pas de torpille, excepté dans ses tubes, aucune action offensive ne doit être entreprise. Il déborde à craquer de fuel.
Arrivé à Singapour le 29 août 2015 (14/11/43) où il restera près d'un mois, le commandant du I-29 rencontre celui du I-8 qui rentre de France
et fait transférer sur son sous-marin le détecteur de radar DUBM1 Metox que les allemands avaient installé sur le I-8. Du personnel militaire et
civil embarquera également à bord du I-29, notamment le nouvel attaché naval à Berlin (Contre-Amiral Kojima) et son adjoint (Commandant Ogi),
l'attaché naval à Madrid (Commandant Mukachu) mais aussi des ingénieurs de Mitsubichi.
Quittant Singapour le 30 août 2015 (16/12/43) l'I-29 traversa l'océan Indien où il sera ravitaillé par un cargo allemand, le Bogota(2) le 05
septembre 2015 (23/12/43) avec 5 jours de retard sur l'itinéraire prévu.

Entrant dans l'Océan Indien, j'effectue une petite étude sur la vitesse du sous-marin :
Test effectué sur une durée de 9 jours. Le sous-marin était tout le temps en surface avec 3 MS.



Distance parcourue : 179 cases (31x31 km) soit 5549 km, soit 2996 milles nautiques. (3)
Ce qui donne une vitesse moyenne de 13,87  knt.
Chaque mouvement a toujours coûté au moins 1 UT, il semble possible néanmoins, avec les différents bonus existant dans le jeu d'enregistrer
un mouvement à 0 UT (ce que je n'ai pu constater). Mais même avec un mouvement "gratuit", on est bien loin de la vitesse maximale d'un Type
A Ko-Gata de 23,5 knots !!
A noter (entouré en rouge) la valeur d'une unité d'encombrement. Dans ce cas précis, le reversoir ayant une contenance de 220 tonnes et DB
prévoyant la possibilité d'embarquer 690 unités, l'unité d'enc. correspond à 3,14 tonnes de fuel. Voici ici soulevé un des mystères de DB.
Effectivement la valeur d'une unité d'encombrement est différente pour chaque navire. Une petite étude menée sur différents navires américains 
indique que la valeur de l'unité d'enc. Peut aller du simple à l'octuple ! Une étude qui mériterait d'être approfondie mais ce n'est pas notre propos
ici. A voir donc.

Le voyage continue, et toujours dans l'Océan Indien avec 3 MS, me voilà maintenant avec de l'avance sur l'itinéraire. Afin de tenter de respecter
les délais d'une part mais aussi pour gérer le fuel, l'I-29 va comme autrefois naviguer en surface et en IP.
Le (8/01/44), je suis au Sud de Madagascar, le même jour les alliés interceptent un message radio qu'ils décryptent rapidement :
L'I-29 sera en 30°S et 10°E dans 3 jours. Il y a moins de joueurs sur DB que de navires alliés dans l'océan Indien en 43 et l'I-29 continue
tranquillement son chemin, les MS disparaissent parfois, probablement en raison des convois.
Afrique du Sud, voici le Cap de Bonne Espérance dépassé et j'entre maintenant dans l'Atlantique.
Je remonte le long de la cote africaine, sans MS, je pense que les convois brouillent ma rose des vents, à moins que des PJ alliés ne croisent dans
les parages... Étant relativement loin des côtes, je n'ai pas eu le souvenir de voir ne serait-ce que le sillage d'un navire.

Une feuille de route minutieuse est tenue à jour régulièrement, en voici un aperçu :



11 octobre, les routes des convois Alliés et Axe se croisent ici, des cargos anglais puis voici des cargos italiens.
M'éloignant des côtes, je pensais retrouver les 3 MS mais la multitude des convois m'en empêche, (MP envoyé à MERCo pour son nettoyage des
lignes de convois qu'il effectue pendant la trêve, effectivement, il y en a vraiment beaucoup)
Mi octobre, me connectant un matin, je me retrouve à une case de William Rolan, j'aperçois d'autres PJ US, je crois que je suis au beau milieu
de la TF81 ! La flottille se déplace vite et bénéficiant du MS brouillé par des PNJ de l'Axe, les américains ne semblent pas me repérer. Je mets
immédiatement cap NE et me rapproche des cotes, contrairement à l'itinéraire prévu. Mon voyage aurait bu pu se terminer au large de Dakar !
Le réservoir est quasiment vide en ce début Novembre (mi-février 44). J'avais escompté solliciter l'état-major Axe Atlantique pour le ravitaillement
prévu au Sud des Açores. Mais la mise en place de l'animation des balises occupe pas mal de monde. Je vais donc faire ravitailler mon sub japonais
par mon sub allemand. En attendant j'utilise le fuel que j'ai en soute.


Ravitaillement effectué !! On a pas tous les jours l'occasion de retrouver ses deux navires sur la même position !

Cap NE pour rejoindre Bay of Biscay, le Golfe de Gascogne.
17 décembre, le I-29 entre dans le port de Lorient.



Conclusion :

L'histoire de ces sous-marins japonais venus en France n'est pas très connue.
Le peu d'ouvrages écrits sur le sujet n'ont pas été traduits en français et n'existe parfois qu'en japonais. On retiendra cependant le formidable
exploit réalisé par ces hommes dans des conditions souvent laborieuses liées à la promiscuité et le manque d'hygiène. Psychologiquement, cela
dut être un enfer.
L'I-29 restera en France quelques semaines avant de repartir vers le Japon, il retournera à Singapour d'une traite, comme à l'aller, chargé des
«secrets de la technologie allemande». Il sera coulé par le Sawfish, sous-marin américain, quelques jours àpès son départ de Singapour pour
Kure. Trois marins parviendront à s'extraire du I-29 avant qu'il ne coule, un seul survivra et racontera ce voyage.
Kinashi, le commandant du I-29 sera reçu par Hitler à Berlin, qui le décorera de la Croix de Fer. Les Hommes se rendront à Paris et visiteront,
le Palais de Chaillot, le Musée de la Marine et la Tour Eiffel...


Le jeu :
110 jours furent nécessaires pour effectuer ce périple.
Parcourant 877 cases soit 28836 kilomètres.
La vitesse moyenne est de 5,90 knt
Pour une consommation de 1316 unités de fuel.
J'ai subi 8 casses moteur.
Ce fut une belle balade,
J'y ai trouvé beaucoup d’intérêt, notamment dans l'étude comparative d'un navire de la seconde guerre mondiale et d'un navire de notre jeu.
Nos joujoux sont bien loin de la réalité historique, notamment dans leur capacité de mouvement. Bien que la jouabilité soit un facteur très
important, l'étude d'une adaptation plus réaliste pourrait être un très intéressant sujet de débat, notamment pour donner un peu de «vitesse»
à un jeu relativement «lent».
J'ai tenté d'attiser la curiosité des joueurs en publiant quelques messages sur le forum dans la rubrique «En direct du Front» par l'intermédiaire
de Yanagi et aussi dans la partie RP.
Personne ne semble malheureusement s'être aperçu de la présence d'un sous-marin japonais dans l'Atlantique et près des côtes françaises.
Ce peu de curiosité m'amène à écrire ces lignes dans cette partie du forum plutôt que sur le Blog comme j'y avais pensé préalablement. Ce pavé
est probablement trop lourd à faire digérer à nos lecteurs du Blog.
En dernier lieu je tiens à remercier les admins qui m'ont laissé gérer mon aventure à ma guise au détriment des règles de partage des fronts.

Maintenant, je vais prendre l'avion pour retourner dans le Pacifique. 71 heures de vol, rien que ça pour retourner au Pays.

Banzaï !!!!




(1) Pour le journal de bord de l'I-29 : http://www.combinedfleet.com/I-29.htm
(2) http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=134349
(3) la distance parcourue en km est calculée grâce au site suivant  (http://www.convoyweb.org.uk/extras/index.html?src.php~exmain)
il suffit d'entrer les latitudes et longitudes. Également ce site permet le calcul par positionnement sur la carte
(http://www.infocapagde.com/modules.php?ModPath=geoloc&ModStart=distance)



Sources :
http://www.u-boote.fr/japon.htm
http://piquetjm.ns5-wistee.fr/cybervillage/viewtopic.php?t=365
http://www.combinedfleet.com/
Wikipedia
http://www.convoyweb.org.uk/extras/index.html?src.php~exmain
http://uboat.net/index.html
http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=7205
http://navypedia.org/ships_index.htm
et bien d'autres....
Contenu sponsorisé

Re: Hiro KAÏTEN ou la bienveillance des Kamis.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum