Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Mad Malone
Violente tempête
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : F.N.F.L.
Flottille au Front Atlantique : Escadre Oméga
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 1737
Age : 38
Date d'inscription : 04/04/2010

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Midway, Highway to Hell

le Mar 20 Déc 2011, 18:16
*HRP: Suite au sujet section RP "En Direct du front", Coté Pacifique, "Opération Shunajima" ou la déchéance de Midway...


http://dasboot.motionforum.net/t13183-operation-shunajima#320613


Ceci intervient après le message de:




Re: Opération Shunajima
par Enigma le 20/12/2011i à 08:41




Banzaï ! Banzaï !

Le temps était enfin venu. Les batteries côtières avaient été réduites au silence, l'île complètement pilonnée, seule la base navale et la station radar restaient en activité et continuaient à riposter de leur armement. Profitant de l'obscurité le convoi de débarquement s'était approché pour préparer l'invasion, en silence les 4.000 soldats de l'Empereur prenaient place dans les barges de débarquement pour un assaut nocturne.
La traversée du lagon fut un peu chaotique du fait des nombreuses épaves sur le chemin mais le point de débarquement fut quand même atteint par la première vague.

Aussitôt la sonnerie e la charge retenti, accompagnée d'un nouveau déchainement de feu. La première vague buta contre les défenses improvisées du 127ème détachement de marines, tirant avec tout ce qu'il avait sous la main, fusils, mortiers et même mitrailleuses d'avions. Les premiers soldats Japonais furent fauchés sans même pouvoir consolider leur tête de pont, obligeant leur commandant à mettre à couvert ses hommes en attendant les prochains vagues. L'artillerie navale Japonaise continuait à écraser la base sous ses obus, les unités légères divisant leur feu pour tenter de détruire les lignes de défenses de fortune des marines. Pour le moment le combat était indécis mais déjà les prochaines barges approchaient du rivage.





La nuit tombait sur l’atoll de Midway. La mer était déchaînée, d’un noir profond… Les creux de plusieurs mètres demandaient un effort particulier à la navigation. Et cela, les commandants Anderson et Thornton le savaient bien. Tous deux approchaient de l’enfer... L’enfer de Midway. Les derniers rapports radios n’étaient pas en la faveur des défenseurs. Il fallait qu’ils accostent dans un port en ruine et sous le feu ennemi. Mais ils en avaient vu d’autres.
Leur mission était de taille. Et cela, ils le savaient aussi.

Corbin Anderson avait, à bord de l’USS Richmond (CL-9), 750 marines prêt à en découdre. Certains resteraient à bord pour permettre au navire de défendre le port, mais beaucoup seraient débarqués afin de contenir l’invasion terrestre nippone. Et ils en voulaient, rien qu’à voir l’ambiance qui régnait sur le croiseur de classe Omaha… Tous étaient volontaires, aucun ne s’était fait prier et personne ne voulait d’un second Pearl Harbor…

Peter Thornton, quant à lui, commandant de l’USS Phoenix Foundation II, n’avait autre que carburant et torpilles en soute et pas loin de 600 marines accompagnés de quelques mitrailleuses lourdes et mortiers prêts à être débarqués. Ces troupes étaient toutes aussi motivées à débarquer et à s’organiser pour défendre l’ile. Certains étudiaient les cartes pendant que d’autres préparaient l’armement lourd afin que les grues puissent les débarquer rapidement et cela malgré le gros temps.

Autant dire que la situation était critique, et la tension palpable à bord des deux navires faisant Cap sur Midway.
Corbin et Peter gardaient un cap qui leur permettait de profiter des vagues pour échapper au maximum aux radars japonais. Leurs moteurs étaient presque dans le rouge, il fallait faire vite. Déjà, au loin, les lueurs orangées de l’ile enflammée étaient visibles sous le ciel lourd d'orage.
Les deux commandants ordonnèrent d’éteindre les feux de ponts. La côte approchait et quelques tirs se faisaient entendre. Ils ne pourraient pas compter sur un pilote du port pour accoster. Les deux navires entrèrent dans la baie de Midway. Des épaves encore fumantes finissaient de sombrer autour d'eux. La navigation se faisait à vue. Après de très longues minutes, le quai était là. Peter accosta et Corbin s’amarra à lui. Ils avaient réussi, ils étaient au port…
avatar
Earl Providence
Petite brise
Autre pseudo : RIP Peter Thornton
Nation au Front Atlantique : D'gernsiais au service de la France Libre
Flottille au Front Atlantique : Escadre Alpha
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : 7th Seabees
Nombre de messages : 39
Age : 39
Date d'inscription : 12/03/2011

Re: Midway, Highway to Hell

le Mar 20 Déc 2011, 18:42
Peu de temps après l'arrivée glorieuse de Roderick Dekker et les amarrages de Corbin Anderson et Peter Thornton, les gars de la Seventh recurent ce message de l'Amiral Hades en charge de la défense de Midway :


Cela ne pouvait se faire, tant de sacrifice pour en arriver là ! Pour la mémoire des ses frères de flotille, Peter Thornton pris la plume :
Dis donc Amiral de pacotille,
Tu crois pas que les gars de la 7th sont venus au turbin pour se carapater devant les citrons si nombreux soient-ils!!

Prends plutot une VLT et joins toi au combat, plutôt que de filer avec toutes les réserves, le commander Anderson et moi même avons apporté des troupes fraiches pour défendre le port.

J'ai encore un peu d'essence en réserve, et le reste des soutiens de la flottille est en route depuis Pearl.

Reprends courage, sois un homme, un américain, un vrai. J'en connais de moins poli à la 7th qui ne prendront pas les mêmes termes que moi pour t'exprimer notre sentiment face à ta couardise.

Saches que si tu files nous serons très fâchés et que toutes les mers du pacifique et tous les bureaux de Washington ne seront pas assez grands pour te planquer face à notre colère.

La cour martiale ne nous fait pas peur, nous aimons juste les plans sans accroc!!!!

Que celui qui a des oreilles, qu'il entende comme disait ce sacré Jésus.


Captain Peter Thornton

Ce message parut sur les ondes toutes les corne de brume des navires de la 7th se mirent à sonner si fort que les Japs se demandèrent si l'enfer n'était pas proche.
avatar
Gaston Carcharias
Tempête
Autre pseudo : Arthur Baracus
Nation au Front Atlantique : Russe
Flottille au Front Atlantique : Gascogne (Ex alpha)
Nation au Front Pacifique : Américaine
Flottille au Front Pacifique : Seventh Fleet Seabees
Nombre de messages : 518
Date d'inscription : 07/04/2011

Infos
Nationalité: ???

Re: Midway, Highway to Hell

le Mer 21 Déc 2011, 22:45
La nuit n'en finissait plus ce 21 décembre à Midway. Les nippons avaient débarqués et les combats faisaient rage.
Les quelques marines débarqués fraichement avaient ravivés l'espoir mais les ennemis étaient bien trop nombreux.
Il y avait désormais plus de morts et de blessés que de vivants.
La nuit n'en finissait plus, mais beaucoup avaient désormais peur de la lumière, peur de se réveiller de ce cauchemar et d'affronter une réalité bien pire encore.

Les radios crépiraient mais les ordres se faisaient épars. La Foi disparaissait du cœur des hommes.
Quand soudain, une voix de stentor retentit dans tous les postes des groupes de combat et sur les navires.
sur le Canal 1 ; 2 MHz ; 20 MW :

Yop !

Bandes d'Immondes salopards !

Le soleil n'est pas encore levé aujourd'hui.
Et non ! Il ne se lèvera pas ! Ni jamais plus pourrait-on penser sous ces nuages de fumée et de destruction.
Mais le temps ne s'arrête pas, même si le Soleil est perdu.

Debout maintenant, debout Commandants de la Seventh et Marines !
De funestes forfaits se déchainent, sombre est l'orient.
Que les moteurs soient lancés, que les cornes sonnent !
Il n'y a pas encore de repos pour ceux qui sont fatigués.

Voici l'heure venue, Commandants et Marines.
Les ennemis et le feu sont devant nous et nos foyers loin derrière.
Mais bien que nous combattions dans une mer étrangère, la Gloire que nous récolterons sera la nôtre à jamais.
Et quoiqu'il arrive, d'un même cri, dans un même souffle, nous pourrons dire : "nous y étions !"

La nuit prend fin, l'aube sera rouge, et la mer de sang !

En avant, bande d'immondes salopards !


Puis la voix s'éteignit alors que le premier rayon de soleil commençait à poindre...

------------------------------------------------------
Note de l'auteur : très largement inspiré par les textes du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.
avatar
Archibald de Cornom
Jolie brise
Autre pseudo : Henri Murdock Looping
Nation au Front Atlantique : FFL
Flottille au Front Atlantique : Escadre Alpha
Nation au Front Pacifique : Big Mac
Flottille au Front Pacifique : Seventh Fleet Seabees
Nombre de messages : 54
Age : 41
Date d'inscription : 13/03/2011

Infos
Nationalité: FFL/Américain (Pacifique) FFL/Américain (Pacifique)

Re: Midway, Highway to Hell

le Mar 17 Jan 2012, 01:32
Le décompte promis par l'Amiral hadès fut divisé par 2, le compte à rebours oublié, et le convoi sortit du port comme un seul navire, profitant de l'acharnement des ennemis sur le peu de résistance restante dans les confints de Midway.

Nous fûmes pris de cours: aucune préparation, aucune stratégie ne put être mise en place du fait de l'empressement à sortir tout ce qui pouvait servir aux citrons.
Mes compagnons et moi décidions de sortir en faisant le plus de dégâts possible: toutes les torpilles armées furent tirées! Malgré l'envie et le courage, toutes n'atteignirent pas leur but.

Notre chef de flotille, dit le "Pacha", nous haranguait sans cesse de petits mots doux:

- Mais vous allez m'en couler un, ou bien?!!!!!
Resaisissez-vous, coordonnez-vous, et coulez-moi un de ces navires, bordel!
Ce ne sont pas les cibles qui manquent!
Je vous jure que si vous échouez, vous allez m'entendre jusqu'au tripot de Lulu La Nantaise! Et je vous promets que je vais vous griller là-bas: plus jamais vous ne rentrerez chez elle, ni ne reverrez ses filles!
Tas de punaises!


Ne plus revoir Lulu?! Ses filles?! C'était.......INCONCEVABLE ! Tout les capitaines sautèrent dans leur salle de commandement.

La 7ème rattrapa le convoi, rechargea ses fûts et attendit que Tous soient fin prêts.

Fuel..... Fumées..... Huiles chaudes... Claquement des bielles au ralenti..... Yeux rivés sur l'armada nippone.... La tension se ressentait jusque dans les vibrations de la coque... Les bateaux eux-mêmes transpiraient..... Tout était moite.... Collant.... Humide.

Au loin, l'on entendait encore retentir les déflagrations d'obus tirés sur ce qui restait de Midway. L'atoll ne devait pas être beau à voir....
On était tous là: Corbin, Frankie, Aleksander, Andy, Roderick, Tassin, les frêres d'arme Leroy et John.... On attendait...... Le moment fatidique. La bonne heure. La bonne minute. La bonne seconde, presque.
En soutient, l'USS Daytona VI de Kurt, l'USS Alpha 716 Vulcan d'Arthur, l'USS Nemesis de Peter, n'en perdaient pas une miette et n'avaient plus un poil de sec dans l'froc!

La Cavalerie promise par l'Amiral Hadès arriva. Au ralentit....

-Petite vitesse et grand doucement, pensa le commandant Looping. Mais vieux motard que navet!

L'Amiral Andrew Johnston et sa troupe firent leur apparition.
Après plusieurs messages sans réponses, nous avions vite compris que cette aide ne servirait pas le Drapeau. L'Amiral n'était venu que pour observer la scène; et quelle scène!
Les tirs infructueux se succédaient. Bon nombre de capitaines se retrouvèrent par le fond.
Mais c'était sans compter sur la tenacité, le courage, et surtout la folie de ces hommes! Ils ne faisaient que revenir avec d'autre navire, rerentraient dans la danse et tiraient à qui mieux-mieux. Les japonnais étaient éxaspérés! Mais pourquoi revenaient-ils alors que le combat était joué d'avance?

Quelques mots résonnèrent alors dans la tête de Looping: Solidarité, Courage, Force, Obstination, Folie.
avatar
Gaston Carcharias
Tempête
Autre pseudo : Arthur Baracus
Nation au Front Atlantique : Russe
Flottille au Front Atlantique : Gascogne (Ex alpha)
Nation au Front Pacifique : Américaine
Flottille au Front Pacifique : Seventh Fleet Seabees
Nombre de messages : 518
Date d'inscription : 07/04/2011

Infos
Nationalité: ???

Re: Midway, Highway to Hell

le Sam 21 Jan 2012, 15:02
Note HRP 1 : Ce récit est une pure fiction !
Les propos tenus et vocabulaire utilisé le sont par des personnages et non par les joueurs. En aucun cas les idées exprimées ne reflètent celle des auteurs, ni témoignent d’une réalité ou d’un jugement sur des faits. Il est insisté sur le fait que le vocabulaire de type « invectives » est utilisé uniquement pour le contexte du jeu de guerre et qu’il est aux antipodes de la pensée des auteurs.
Même si certains personnages et lieu empruntent à l’histoire, les propos prêtés aux personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Note HRP 2 : respect du cadre et de l’ambiance de DB
Ce récit est un pur « arrangement » des événements IG qui se sont déroulés. Les faits relatés sont amplifiés et déformés intentionnellement. Le texte se veut empreint d’humour et d’autodérision. En aucun cas il ne cherche à mettre en cause les parties en tant que joueurs ou MDJ. Que cela soit clair… et respecté.



Brisbane, Janvier 194x. Pas besoin qu’il pleuve dans cette satanée ville ! Il y a une telle humidité dans l’air en permanence qu’on s’attend presque à voir les poissons volants nicher dans les cocotiers.
Le colonel Trautman entra dans le QG de la flotte de guerre américaine du Pacifique avec une légère moiteur sous les aisselles. Pas grave, il n’allait pas non plus à une soirée mondaine.
Quand Bob entra dans le bureau de D. MacArthur où se tenait un débriefing, il sentit immédiatement que … il sentit...
-Par tous les seins, y a de la moiteur dans l’air !

Ajoutez à cette ambiance musquée une épaisse fumée de pipe à combustion lente et votre repas de midi sollicitait l’autorisation de retourner en cuisine par où il était entré.

Le général tira justement sur cette putain de pipe quand Bob entra, puis fit signe à ses aides de camp de se taire et désigna une chaise au colonel Trautman.
Un lourd silence s’établit. On faisait le bilan de la bataille de Midway à l’état major. Et « on »... n’était... pas... content !

- Alors Bob, des explications ? Tes gars de la Seventh qu’est-ce qu’ils ont branlés ?
- Relax Doug. Eux aussi savent qu’ils ont merdé.
- Merdé ! Merdé !!! Mayday ! Mayday tu veux dire. Un peu plus et on ouvrait une ligne de charter entre Pearl et Midway rien que pour eux !


Bob ne cilla pas. Il avait l’habitude des ronds de cuir qui jetaient l’anathème depuis leurs bureaux tranquilles, pavanant en cas de victoire, et vociférant dans la défaite. Et toujours oubliant les p’tits gars au front qui dans tous les cas s’y faisaient massacrer.
MacArthur devait avoir une sacrée pression car ce n’était pas son style.
Le colonel sortit un cigare de sa poche et l’alluma. Le général se calma et attendit.
Bob lâcha sa première bouffée, bien grasse et bien épaisse. Un des aides de camp se leva et se dirigea vers la sortie d’un pas rapide et mal assuré.

MacArthur sourit puis demanda :
- Qu’est-ce qui s’est passé Bob ? C’était jouable ou pas ?
- C’était faisable. Je viens de recevoir le dernier rapport.
Il sortit des documents de sa sacoche et commença à lire :
- En face les japs alignaient 1 navire atelier Akashi, 3 croiseurs légers Agano, 2 croiseurs lourds Mogami, 3 destroyers Fubuki, 1 cuirassé Fuso, 3 destroyers Akitsuki, 2 destroyers Kagero…
- Et les gars de la Seventh ils avaient quoi !
l’interrompit MacArthur.
- Ca devait faire 8 VLT Elco… Puis il y avait leurs navires lourds derrière… UN Omaha et 2 cargos et 1 tanker.
- C’était quasi équilibré,
alors rétorqua le général tranquillement, il manquait juste quelques rafiots de plus aux japs pour ne pas être en infériorité numérique.
- Mais ils les avaient Doug, ils les avaient : 1 cuirassé Nagato, 1 cuirassé Fuso, 1 croiseur lourd Tone, 1 cuirassé rapide Yamato, 2 cuirassés rapides Kongo, 3 destroyers Kagero, 1 destroyer Kamikaze, 1 escorteur Mikura et enfin 1 destroyer Fubuki.


Le général tira une longue bouffée sur sa pipe. Bob fit de même avec son cigare. Un silence aussi épais et lourd que la fumée qu’ils exhalèrent s’installa dans le bureau et sembla durer à l’infini.
- Glouglou bloup bloup glipsh bloup grouille.
Un autre des assistants se leva, tenant sa main devant la bouche comme s’il avait eu quelque chose d’important à dire mais préférait le garder pour lui.
Quand la porte se fut refermée précipitamment, MacArthur posa sa pipe et regarda le colonel droit dans les yeux.
- Et ils y sont allés tes gars de la Seventh ? Ils y sont allés ?

Bob porta une main à sa tête et la tapota en disant : une couille !
Puis il porta la main à son entrejambe et lâcha : deux cerveaux !

Le général secoua la tête avec un sourire bienveillant.
- Quelle bande de déjantés tes gars.
- Ils y ont cru Doug, ils z’y ont cru. Surtout qu’ils devaient avoir l’appui de la flotte de l’admiral Andrew Johnston et son USS Tennessee (BB-44).
- Tu parles de celui qui sortait tout frais moulu de l’Académie navale d'Annapolis, Bob ?
- Yeah… je crois qu’ils l’ont surnommé Andrew Van der Decken et le Tennessee le Flying Dutschman…
- Ainsi donc il était si terrible que ça cet admiral Andrew Johnston,
s’enflamma MacArthur. Impitoyable, plus rapide que le vent, invincible !
- Euh… bah pas vraiment Doug,
dit avec un sourire crispé Trautman. Ils l’ont surnommé comme ça cause qu’il était plutôt fantôme… Et puis le vent il ne devait pas y en avoir ou alors il soufflait en vent contraire. Et question invincible, ton admiral d’Annapolis il avait oublié les deux premières syllabes du mot.

Le général secoua la tête puis reprit sa pipe.
- Alors qu’est-ce qu’on fait Bob ?
- Les gars ont rebondi Doug. Pas de très haut vu que la plupart sont rentrés à la nage. Mais une bataille de perdu ce n’est pas la guerre. Ils ont une idée à te soumettre.


MacArthur intima d’un geste à Bob de continuer.
- Ils pensent que la Seventh devrait se diviser en 2 flottes : la Seabees, constituée de surfaciers, et la Rippers, faites de subs.

Le général serra les lèvres et acquiesça de la tête l’air profondément contrit. Il questionna à voix basse :
- Si on fait ça, Bob, tu sais à quoi on s’expose…
Trautman fit la moue mais son regard glacial savait que la décision devait être prise aussi dure était-elle.
- Doug, nous n’avons plus le choix ! Il n’y aura pas de Midway II.
- On va lâcher dans le Pacifique un typhon et un tsunami en même temps, Bob. Si on perd la guerre on passera pour des criminels de guerre.
- Nous n’avons pas le choix, Doug, et si nous le faisons, nous gagnerons la guerre de toute façon,
répondit le colonel en se levant et en se dirigeant vers la sortie.

MacArthur interpella Trautman avant qu’il ne sorte :
- Ils sont quand même sévèrement burnés ou complètement fous tes gars !

Le colonel se retourna :
- Les deux Mon Général ! Les deux !

Quelques mois après la Seventh Fleet Seabees et la Seventh Fleet Rippers voyaient le jour.




A cette nouvelle, les Commandants laissèrent quartier libre à leur équipage.
4 h du matin, Looping rentra au au QG de la Seventh un peu saoul...
- Shit, ça va encore schlinguer grave l'alcool demain au briefing. Je vais me faire avoiner par les autres. Je vais déjà me faire un jus de citron pour masquer l'odeur d'alcool...

Le matin, le pacha appela Looping dans son bureau juste avant le briefing.
- T'as encore bu comme un trou hier ! T'es rentré complétement pochetronné !
- Meuh non, comment peux-tu dire ça ?
répondit Looping affichant un visage angélique et complétement sûr de son coup.

Baracus regarda Looping et s'esclaffa :
- Le canari de la cambuse, écrasé dans le presse-citron, il s'est suicidé ????
Contenu sponsorisé

Re: Midway, Highway to Hell

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum