Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
alexandre kazan
Coup de vent
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : alexandre kazan
Flottille au Front Atlantique : Arctique
Nation au Front Pacifique : australien
Flottille au Front Pacifique : SSII
Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 22/04/2010

Re: histoire

le Dim 06 Nov 2011, 03:23
de Miguel de Unamuno. philosophe . était basque ...

je te laisse chercher dans tes livres ou sur internet qui il était ...

suerte hombre
avatar
Sammy Johnson
Violente tempête
Autre pseudo : -
Nation au Front Atlantique : USA
Flottille au Front Atlantique : TF 81 Southern Task Force
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 1953
Age : 46
Date d'inscription : 02/06/2008

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique) Américain (Atlantique)

Re: histoire

le Dim 06 Nov 2011, 02:52
Il est de qui se discours ?

C'est bien confus pour moi !

Se n'est point Millan Astray, déjà il n'est pas né à Bilbao en Euzkadi ( pays basque ) mais origine de la Corogne, il n'avait pas 76 ans pendant la guerre civile espagnol, qui plus est il est mort à 75 ans en 1954 !

la guerre civil espagnol me touche, une partie de ma famille à était touché, dont ma grand mère maternelle.

Comme disait les franquistes:
Dans les réunions de communistes, ont trouve des prêtes basque ( le clergé des curtons basques à soutenues la républiques espagnol mais surtout le pays basque, la partie espagnol ( euzkadi ) qui est devenue indépendant avant la guerre civile ( ensuite il y a toute une histoire... )
alexandre kazan
Coup de vent
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : alexandre kazan
Flottille au Front Atlantique : Arctique
Nation au Front Pacifique : australien
Flottille au Front Pacifique : SSII
Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 22/04/2010

histoire

le Dim 06 Nov 2011, 01:13
un partage .... pour ceux que la guerre d'Espagne ! ne laisse pas indifférent ... un discour magnifico !


"Vous êtes tous suspendus à ce que je vais dire.Tous vous me connaissez, vous savez que je suis incapable de garder le silence. En soixante treize ans de vie, je n’ai pas appris à le faire. Et je ne veux pas l’apprendre aujourd’hui. Se taire équivaut parfois à mentir, car le silence peut s’interpréter comme un acquiescement. Je ne saurais survivre à un divorce entre ma parole et ma conscience qui ont toujours fait un excellent ménage.

Je serai bref. La vérité est davantage vraie quand elle se manifeste sans ornements et sans périphrases inutiles.
Je souhaite faire un commentaire au discours, pour lui donner un nom, du général Millan Astray, présent parmi nous. Laissons de côté l’injure personnelle d’une explosion d’invectives contre basques et catalans.
Je suis né à Bilbao au milieu des bombardements de la seconde guerre carliste. Plus tard, j’ai épousé cette ville de Salamanque, tant aimée de moi, sans jamais oublier ma ville natale. L’évêque, qu’il le veuille ou non, est catalan, né à Barcelone.
On a parlé de guerre internationale en défense de la civilisation chrétienne, il m’est arrivé jadis de m’exprimer de la sorte. Mais non, notre guerre n’est qu’une guerre incivile. Vaincre n’est pas convaincre, et il s’agit d’abord de convaincre ; or, la haine qui ne fait pas toute sa place à la compassion est incapable de convaincre…On a parlé également des basques et des catalans en les traitant d’anti-Espagne ; eh bien, ils peuvent avec autant de raison dire la même chose de nous. Et voici monseigneur l’évêque, un catalan, pour vous apprendre la doctrine chrétienne que vous refusez de connaître, et moi, un Basque, j’ai passé ma vie à vous enseigner l’espagnol que vous ignorez.

(Premières interruptions, « Viva la muerte ! » etc)

Je viens d’entendre le cri nécrophile « Vive la mort » qui sonne à mes oreilles comme « A mort la vie ! » Et moi qui ai passé ma vie à forger des paradoxes qui mécontentaient tous ceux qui ne les comprenaient pas, je dois vous dire avec toute l’autorité dont je jouis en la matière que je trouve répugnant ce paradoxe ridicule.
Et puisqu’il s’adressait au dernier orateur avec la volonté de lui rendre hommage, je veux croire que ce paradoxe lui était destiné, certes de façon tortueuse et indirecte, témoignant ainsi qu’il est lui-même un symbole de
la Mort.
Une chose encore. Le général Millan Astray est un invalide. Inutile de baisser la voix pour le dire. Un invalide de guerre. Cervantès l’était aussi. Mais les extrêmes ne sauraient constituer la norme Il y a aujourd’hui de plus en plus d’infirmes, hélas, et il y en aura de plus en plus si Dieu ne nous vient en aide. Je souffre à l’idée que le général Millan Astray puisse dicter les normes d’une psychologie des masses.
Un invalide sans la grandeur spirituelle de Cervantès qui était un homme, non un surhomme, viril et complet malgré ses mutilations, un invalide dis-je, sans sa supériorité d’esprit, éprouve du soulagement en voyant augmenter autour de lui le nombre des mutilés. Le général Millan Astray ne fait pas partie des esprits éclairés, malgré son impopularité, ou peut-être, à cause justement de son impopularité. Le général Millan Astray voudrait créer une nouvelle Espagne- une création négative sans doute- qui serait à son image. C’est pourquoi il la veut mutilée, ainsi qu’il le donne inconsciemment à entendre. (Nouvelles interruptions » A bas l’intelligence ! « etc.)

Cette université est le temple de l’intelligence et je suis son grand prêtre. Vous profanez son enceinte sacrée. Malgré ce qu’affirme le proverbe, j’ai toujours été prophète dans mon pays. Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas. Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale, vous ne convaincrez pas parce que convaincre signifie persuader. Et pour persuader il vous faudrait avoir ce qui vous manque : la raison et le droit dans votre combat. Il me semble inutile de vous exhorter à penser à l’Espagne. J’ai dit. »


millan astray chef de la légion espagnol (bandera pour ceux qui on vu le film avec gabin ) mutiler de guerre pendant la pacification du Maroc .
Contenu sponsorisé

Re: histoire

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum