Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Pierre Duvreuil
Coup de vent
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Forces Françaises Libres
Flottille au Front Atlantique : FSFO
Nation au Front Pacifique : Aucun
Nombre de messages : 345
Date d'inscription : 29/11/2010

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Le vol des hirondelles

le Mer 25 Mai 2011, 22:48
Pierre n’avait pas dit un seul mot de tout le voyage vers Southend. D’ailleurs, peu de monde avait parlé pendant le vol, passé les réjouissances du sauvetage.
Le poids des morts pesait telle une enclume sur les épaules de chacun, encore plus sur celles du capitaine.

De temps à autre, face au silence de plomb qui régnait dans la cabine, l’équipage britannique de l’hydravion jetait un coup d’œil inquiet en cabine ; puis s’en allait, comme si l’ambiance qui régnait en ce lieu était néfaste.
Le voyage se déroula sans encombres jusqu’au port que les hommes ne connaissaient que trop bien.
Le capitaine Duvreuil remercia chaleureusement les pilotes et les hommes de bord, puis, quitta précipitamment l’avion, la mine figée.

Son second tenta de le suivre, mais le perdit à la sortie du tarmac. Pierre s’était visiblement mis à courir… mais vers ou ? Maurice donna quelques ordres et les hommes se mirent en route vers l’infirmerie. Il se remit ensuite à la recherche de son chef.
Capitainerie ?? Rien !
Docks ?? Rien !
Arsenal ?? Rien !

En désespoir de cause, il se dirigeait vers le poste de sécurité. Il longea sur une centaine de mètres le terrain d’aviation, et allait bifurquer vers la casemate des gardes lorsqu’il entendit quelques hurlements provenant de la tour de contrôle de l’aérodrome.
Même s’il s’agissait d’anglais, l’accent n’en demeurait pas moins français et la voix lui était bien familière.

Il courut à son tour vers la porte d’accès… et faillit se la prendre en travers de la figure en arrivant devant elle. Toujours d’aussi bonne humeur, Pierre avait ouvert la porte à grand coup de pied. La rougeur de son visage additionnée à sa barbe hirsute lui donnait un petit coté Barbe noire. Il se figea en reconnaissant son second.



* Maurice, tu tombes bien ! Réunit les hommes devant le tarmac. On remonte dans l’avion.
* Euh…ils…ils sont à l’infirmerie…mais… on va ou ?
* On embarque pour le prochain avion pour Alger. Il n’y en avait pas de prévu… maintenant il y en a un. Départ dans 1h !!
* Mais… les hommes n’aurait pas finit leur contrôles…
* Départ dans 1h !! Tu te démerdes !
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum