Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Gunther von LUTHEN
Petite brise
Autre pseudo : Sishiro ZATOICHI
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim.
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 33
Age : 103
Date d'inscription : 05/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Arriver, c'est repartir...

le Ven 08 Avr 2011, 13:44
07 avril 1944.

Après plus de 2 mois de mer, U-174 Höllander rejoignait le port de Brest.

Pour une fois, sans une égratignure. Vide, était la soute des torpilles et plein le livre de bord consignant les navires alliés coulés.

Gunther se hissa sur le kiosque. Son adjoint avait aligné l'équipage sur le pont. Bien qu'en tenue de parade, ils avaient l'air de clochards, visage blafard mangé d'une épaisse barbe, traits tirés, yeux creux et cernés de noir.
Pour un peu, il croirait se voir dans une glace.
Les notes de la fanfare parvirent jusque à lui et le sortirent de ses réflexions...Pas de doute, ce n'était pas la phonie du bord ou la gramophone du radio qui crachait cette musique...
qui diable à bord aurait eu l'idée de faire jouer le Horst Wessel lied ?!

Rapide revue de la troupe amaigrie, discours de l'officier général de l'OKK pour souhaiter la bienvenue aux matelots triomphant du Reich, sourire de circonstance, bouquet de fleurs...

Gunther n'avait pas remarqué le petit bonhomme en imperméable et chapeau mou qui se tenait dans un coin, au pieds de l'estrade. Sitôt les derniers de l'amiral prononcé, ce dernier se mit en travers de la route du Fregattenkapitän en lui tendant une enveloppe.

- Pour vous, heer Fregattenkapitän !

Avant même que Gunther eu terminer de décacheter le plis où était inscrit GEKADO, l'homme ajouta avant de disparaitre dans la foule :

- Vous êtes attendu dans 02h00 à l’aérodrome Guipavas. Là bas, on vous en dira plus sur votre destination secrète.

- Secrète ? il n'y a pas que ma destination qui soit secrète pensa Gunther, la gestion des ressources humaines de l'OKK était elle aussi un mystère!

Résigné et sans plus se poser de question, il prit la direction de l'aéroport en question.

avatar
Gunther von LUTHEN
Petite brise
Autre pseudo : Sishiro ZATOICHI
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim.
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 33
Age : 103
Date d'inscription : 05/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: Arriver, c'est repartir...

le Ven 08 Avr 2011, 21:51
Rapidement revenu à bord de U-174, il avait fait part de cet étrange contact au second. Ce dernier avait fait grise mine.

Cette procédure n'avait rien d'habituelle pour le commandant d'un U-Boot de retour de campagne. Il arrivait effectivement parfois que l'on soit convoqué pour un rapide débriefing, mais c'était dans l'enceinte du Penfeld et pas sur un aéroport... Tout cela ne présageait rien de bon.

Son adjoint lui enverrait l'intégralité de son paquetage dès qu'il lui aurait donné de ses nouvelles.

c'est donc en grande tenue avec son fond de sac sur l'épaule qu'il franchit le feldpost, lourd de quitter ses hommes et inquiet pour leur devenir.

un side-car aux armes de la Luftwaffe était là. Son moteur tournait au ralenti. dès qu'il s'avança, le motocycliste sauta à terre, pris le garde à vous réglementaire en claquant des talons.

-"Heil Hitler ! Herr Fregattenkapitän !

-Heil, marmonna Gunther le coeur lourd d'inquiétude et de colère.

-"Vous êtes bien le Fregattenkapitän von Luthen ?

- Oui, dit il d'une voix qui lui parue aussi lasse que lointaine.

-Gut ! j'ai pour mission de vous conduire sans délais au terrain d'aviation de Guipavas, veuillez prendre place je vous prie, herr Fregattenkapitän !

L'homme lui désigna le panier du side et l'aida à s'installer.

C'est plus petit que le kiosque de Höllander songea Gunther, mais plus confortable aussi.

- Et c'est loin votre terrain? s'enquit Gunther.

- Il y en a pour une vingtaine de minutes herr Fregattenkapitän, si tout va bien. Mais ces derniers temps, il y a beaucoup d'alertes aériennes, et si nous traversons un secteur menacé, il nous faudra trouver un abri. On m'a demandé de faire au plus vite, mais on a insisté pour que je prenne aucun risque, vous devez arriver entier c'est impératif !

- Humm... C'est qui "on" ? répondit Gunther que tous ces mystères commençaient à agacer.

- Le motard blêmi et avala sa salive...Et bien, herr Fregattenkapitän, je dois dire que les offiziere qui vous attendent sur le terrain, on en voit pas beaucoup par ici, ils portent l'uniforme noir des SS, mais les insignes ne semblent pas être les leurs...

A vrai dire, j'ignore qui ils sont et ce qu'ils sont herr Fregattenkapitän, mais je peux vous dire qu'il ont fichus une sacrée trouille à tous le monde à la base. Depuis leur arrivée, le commandant est parti précipitamment en permission, l'adjoint est introuvable et le sous officier de permanence rase les murs et plus un son ne sort de sa bouche...

De mieux en mieux songea Gunther. Il fit signe au pilote de démarrer.

Ce dernier poussa de sa botte le sélecteur pour enclencher la première. Un "klonk" caractéristique se fit entendre, puis le flat du R 75 s'ébroua, rendant vivant tout l'ensemble.
ça virait, ça tangait, son visage battue par l'air, Gunther n'était finalement pas vraiment dépaysé. Pour un peu, il se serait cru prendre son quart en passerelle.

Le voyage se passa sans encombre. Arrivé à Guipavas, le side franchit le poste de garde sans s'arrêter. Pourtant, les sentinelles étaient aux aguets et les murs eux mêmes semblaient en état d'alerte, scrutant le ciel et les lisières alentour.

Toujours sur sa lancée, l'engin et son pilote vinrent déposer Gunther aux pieds de l'avion. Le moteur stoppa et le silence se fit.

A la vue de l'avion, ce dernier ne pu réprimer un sifflement sorti instinctivement d'entre ses dents.

- Mazette ! C'est quoi ce truc ?!!

- C'est votre avion dit le motard !
Il est arrivé avec nos... visiteurs, ceux qui vous attendent.
Franchement, c'est la première fois qu'on en voit un comme ça par ici. D'habitude, les liaisons se font avec les "tantes Ju" ... On voit des hydravions, parfois des Heinkel, mais ça... connais pas.

Les pensées de Gunther étaient confuses. Son esprit curieux le poussait à en savoir plus sur cet étrange et impressionnant appareil mais sa petite voix, celle qui murmurait à son oreille lorsqu'il rivait les yeux au périscope, celle là lui conseillait la prudence.

Un homme s'était approché d'eux en silence, casquette de cuir noire, gallons d'argent, imperméable de cuir noir, semblable à ceux des sous marinier, mais pas gris...

Hallo ! dit amicalement cette ombre. Bienvenue, von Luthen, nous vous attendions, votre voyage s'est bien passé ?
Pas d'incident ? dit il en regardant le pilote du side qui ne pu que secouer la tête sans en sortir un son.

On eu dit qu'il allait s'évanouir...

- Bien ! Je vois que vous admirez notre bel oiseau, reprit le spectre d'un ton jovial. Et vous avez raison ! C'est un modèle rare !Le fleuron du savoir faire de nos industries, l'expression aéronautique du génie allemand dit il en se fendant d'un large sourire.
JUNKER 390 !

6 moteurs BMW, 18 cylindres en double étoiles pour une puissance de 1730 CV et, et, et... Une autonomie de 9700 kilomètres !

Fichtre ! dit Gunther, tout ça pour moi ? Et puis je savoir qui vous êtes et où vous comptez me faire aller ?

Ach zo, je manque à toutes les convenances, veuillez m'en excuser.
Le ton était calme et aimable, l'attitude cordiale, mais l'impression laissée avait quelque chose de venimeuse qui glaçait le sang. Si les pythons portaient des uniformes allemands, alors c'est sur, Gunther était en présence d'un sacré spécimen...

- Je suis Grüner Engel, Kommandant der Transport-Sektion der Geheimnisse der kriegsmarine et j'ai planifié votre transfert vers votre prochain théâtre d'opération.

- Enchanté ! mentit Gunther, je ne me présente pas, vous savez visiblement déjà qui je suis. J'imagine que là où vous m'emmenez, c'est pas exactement la porte à côté, hein ?!
Alors, où va t'on ?
Les capacités de cet avion travaillaient l'imagination du marin, il se voyait déposé sur une improbable base secrète au Pôle Nord ou en Patagonie...

- Demandez le lui ! dit Engel en désignant le cockpit de l'avion.

- A qui ? Au pilote ? répliqua Gunther.

- Non, interrogez seulement l'avion du regard, et vous aurez votre réponse.

Gunther scruta l'avion avec insistance, en fit le tour, plusieurs fois même, rien de spéciale. Il y avait bien une inscription sur le fuselage du nez, un nom, comme sur de nombreux véhicules militaires, qui rehaussait l'identité de ce transport :

- João da Nova... Ce n'est pas de l'allemand, c'est du portugais me semble t'il interrogea Gunther.

- Ya, c'est bien cela.

- João da Nova, répéta songeur le Fregattenkapitän.

- Très bien, je vois, tout est clair ! c'est effectivement limpide. Quand Partons nous ?

-Immédiatement, dit l'autre, montez seulement prendre place, vous allez voir, ça ne vaut certainement pas des permissions en famille, mais quel confort, un palace volant! Rien à voir avec ce que vous pouvez connaître.

-Fort bien dit Gunther en tirant son sac du panier du side.

Le motard rectifia la position et regarda les 2 hommes pénétrer par la large porte de l'appareil.

- Nous en avons, je pense pour quelques heures dit Gunther, avez vous de la lecture à bord ? Je n'ai rien lu de neuf depuis...

- Bien sûr, nous prenons soin de nos hôtes. Vous aurez tous les derniers journaux à disposition, y compris ceux des anglais et des américains. Il est toujours intéressant de connaître son ennemi, de s'imprégner de son esprit.

-Bah ! Le dernier SIGNAL fera l'affaire, il y aura surement quelques articles sur les exploits d'un camarade ou deux, je suis fan, j'adore cette revue d'information, son ton, sa fraicheur, son objectivité surtout, ça nous change de la lourde propagande du bon docteur !

Le reste de la conversation échappa au motard toujours figé dans son garde à vous. Déja, la porte se refermait et les 6 moteurs de l'avion s'ébrouaient gaiement.

Le Junker spécial tourna sur lui même puis avança lentement en se dandinant vers la piste d'envol.

Freins bloqués, moteurs poussés, l'avion s'élança enfin dans un grondement de tonnerre.

Gunther von Luthen partait pour de nouvelles aventures...



avatar
sebastien levente
bannissement définitif
Autre pseudo : Bob Beauregard
Nation au Front Atlantique : F.N.F.L.
Flottille au Front Atlantique : F.A.N.A.-Carcharodon
Nation au Front Pacifique : U.S.A.
Flottille au Front Pacifique : Louisiana Gators - Nouvelle Orléans
Nombre de messages : 10617
Age : 60
Date d'inscription : 05/01/2008

Infos
Nationalité: FFL/Américain (Pacifique) FFL/Américain (Pacifique)

Re: Arriver, c'est repartir...

le Sam 09 Avr 2011, 00:17
Remarque totalement HRP, c'est superbe et il faut souligner la qualité de rédaction et la précision des détails, mes respects, Kaleunt, pour votre récit.
Contenu sponsorisé

Re: Arriver, c'est repartir...

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum