Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Invité
Invité

En route vers le Levant

le Lun 07 Mar 2011, 22:17
Le cargo et son escorte rentraient dans la rade d'Alger. Cela faisait maintenant plusieurs jours que le Pourquoi pas et le Riquet avaient rompu le combat au nord de la Tunisie et, comme une partie des FNFL, se repliaient face à l'avancée Italo-Germanique. La mission qui avait été confiée au Mogador du Capitaine Vidal était simple: escorter sans encombre le Capitaine Brémond et sa cargaison.
Les deux bâtiments accostèrent à quelques mètres l'un de l'autre. Les manœuvres se terminaient dans une certaine quiétude, les équipages étaient las, ces derniers jours avaient été éprouvant et la menace sous marinière de l'Axe avait sérieusement entamé le moral des troupes.
Brémond et Vidal se retrouvèrent à quai:
- Dis-moi Vidal, on s'est est finalement bien sorti ce coup-ci.
- Tu sais, je crois qu'on a la baraka. Mais ça a été juste.
- On n'a pas perdu un seul batiment ni un seul homme c'est là l'essentiel.

Arrive un véhicule lancé à vive allure. Le conducteur en descend en vitesse et se dirige vers les deux officiers.
- Capitaines, vous devez réunir vos affaires, vous partez sur le champs.
- T'entend ça Brémond, on part sur le champs. Et tu crois qu'on va où? lança Vidal au jeune marin.
- Je n'en suis pas sur Capitaine, mais vous devez vous rendre au terrain d'aviation immédiatement. l'amiral vous y attend, ce sont les ordres.

Les deux amis se dévisagèrent, l'heure n'était pas à la rigolade. Ils montèrent tous les deux se mirent en route pour leur rendez-vous. Les uniformes étaient ajustés. Après de longues minutes, la voiture s'arrêta à quelques mètres seulement de l'appareil. L'amiral se tenait au pied de celui-ci. Les officiers saluèrent.
- Messieurs, je suis au regret de vous renvoyer au combat sans plus attendre mais al situation devient critique. Nous ne pouvons nous permettre de laisser l'Axe poursuivre son avancée. Vous vous envolez pour le Levant. On vous y attend. Vos effets personnels suivront dès que possible, je ne doute pas que vous êtes déjà rompus à ce genre de départ précipité. Vos instructions vous attendent dans l'avion, vous en prendrez connaissance pendant le vol. je n'ai qu'une chose à vous dire: que les vents vous soient favorables! A très bientôt.

Brémond et Vidal saluèrent encore une fois l'Amiral et montèrent dans l'appareil. Quelques minutes plus tard, le grondement des moteurs se fit entendre, et puis plus rien. Le vent du désert balayait désormais une piste vide. Les deux hommes étaient de nouveau en route pour de nouveaux combats.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum